Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2009

Correction thermique au terre-chaux-sable-liège

Il s'agit d'apporter une correction thermique éconologique mais en ayant comme contrainte d'avoir une faible épaisseur car il s'agit de gérer un mur nord qui fait partie d'une montée d'escalier.

Plutôt que de faire un terre-chaux-paille, nous avons utilisé des plaque de liège de 2 cm (ceci dit, je pense que 4 cm aurait été préférable mais bon on avait déjà les 15 m2 de 2 cm et c'était un compromis entre thermique et esthétique.

La suite en image....

DSC00540.jpg

Selon les conseils de Monique, la problématique de base réside dans l'adhésion de la plaque contre le mur. En effet, s'il y a de l'air, il n'y a pas d'accroche ou moins qu'en absence d'air...

Voici donc, comment j'ai procédé :

 

1. Bouchons les pores

J'ai passé 2 couches de potion astringeante : en mélangeant environ 100 g de sel d'alun dans 10 litres d'eau chaude. (24 heures entre les 2) j'ai mis 2 croix bleues pour reconnaître la face qu'il faut enduire :

DSC00551.jpg

2. Préparons le mur
J'ai d'abord dépoussiéré les murs puis les ai mouillé copieusement en les brumisant. Il a fallu ensuite préparer le mortier.

3. Préparons le mortier
Connaissant ma terre, j'ai préparé le mortier suivant :
  • 1 volume de chaux aérienne
  • 2 volumes de terre
  • 3 volumes de sable (0,2)
Il est important que le mortier soit bien liquide (le risque de retrait sur une faible épaisseur est faible alors que la "chasse à la bulle d'air" est primordiale. Voilà à quoi ressemble le mortier :

DSC00550.jpg

4. Collons par adhésion
Il fallait donc chasser l'air... rien de tel que l'eau. J'ai donc arrosé copieusement la plaque :
DSC00552.jpg

Heureusement j'ai eu du l'aide avec mes grandes filles. Voici Capucine en train d'enduire une plaque :
DSC00546.jpg
Pendant ce temps là, je prépare mes outils (suir la photo, il manque d'ailleurs mes lisseuses, la double lisseuse de 50 cm de long est très pratique dans ce cas d'ailleurs et une truelle) :
DSC00556.jpg
Voici une plaque enduite (il faut faire attention lorsqu'on la prend car sinon elle casse) :
DSC00554.jpg
J'enduis ensuite le mur :
DSC00555.jpg

puis je tape les plaques à l'aide de mon martyr et de ma masette.

Le mur est donc couvert de plaque progressivement. Voici la partie qui se trouve sous l'échaffaudage :
DSC00547.jpg
J'ai tracé à la craie bleue les endroits comprenant du câble électrique.

et voici la partie au dessus de l'échaffaudage :
DSC00557.jpg
Lorsque je comprimais les plaques des coulures de chaux sont apparues. Ce n'est pas grave, il y aura un enduit de fintion par dessus.

Pour blinder l'adhésion de la plaque, j'ai vissé des 5 x 100 dans le mur (en général 2 par plaques). Par contre, pour éviter les tâches de rouille, je déposerai une fine couche de sika puis un bouchon de quelques milimètres d'enduit terre.

Le carreau de plâtre a été le seul support où je n'ai pas utilisé de mortier terre-chaux-sable. Colombe m'a d'ailleurs bien aidé dans ce cas. Elle a d'abord fabriqué une épure en carton (à l'aide de la fausse équerre et du mètre) :
DSC00542.jpg

Puis préparé la pièce :
DSC00545.jpg
Par contre, de mon côté, je n'ai pas trouvé de solution éconologique, j'ai utilisé un peu de ciment colle (la chaux n'étant pas vraiment compatible avec le plâtre). Mais bon, 1/5 de cartouche de ciment colle pour 15 m2... il y aura gestion de la vapeur d'eau...

Il ne reste plus qu'à passer l'enduit de finition ....


Commentaires

Franchement Thierry, t'es vraiment trop fort. J'espère que j'aurais autant de bonnes idées et de connaissances quand j'en serai au stade proche de la fin du chantier...
Beau boulot, bravo !
A bientôt,
Antoine

Écrit par : Antoine | 26/11/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour, votre reportage m'intéresse car j'ai stricto le même cas : des murs en pierres, dont un Nord avec un escalier très beau qui passe à raz. Donc isolation thermique mini-mini ...
Si j'ai bien compris, la potion sert à boucher les pores du liège ? Mais avant de poser les plaques enduites, il faut déjà que le mur soit enduit et lisse, qu'avez-vous-mis? et qu'avez-vous-mis après, s'il y a une suite ?

Écrit par : Coqueli-So | 21/12/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours voulu construire en terre, consulté plusieurs ouvrages,et sites sur internet, je ne suis jamais arrivé a avoir des informations éclairé, j'ai vu dernièrement que l'on pouvez couler la terre entre deux banches et la vibrer sans doute avec ajout d' un stabilisant a basse de chaux hydraulique, cela c'est fait en Corée, lu dans le livre de bâtir en terre de Laetitia Fontaine et Romain Anger, j'ai plusieurs questions a poser, Cordialement

Écrit par : Fornes Rosello | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

il ya une vingtaine d'année j'avais isolé une maison par l'intérieur avec des plaques de liège de 5 cm fixes au mur avec des chevilles pose un grillage apoule en inox fixé avec des cavaliers puis crépis,au mortier, le mur de support étant en béton maigre banche construit dans les années cinquante, mortier de chaux et ciment, pourquoi enduire la plaque de liège avant de la fixer,la cheviller au mur ne serait il pas suffisant?? se n'est qune question? je cherche une machine pour remplacer la bétonnière celle-ci n'étant pas préconisé pour mélanger la terre a la chaux, d'après certains je tiens a stabiliser la terre, cordialement

Écrit par : Fornes Rosello | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je trouve votre idée tres ingenieuse. Juste une reflexion: le liège à une perméabilité à l'air très moyenne si bien que vous retiendrez (théoriquement) l'humidité dans le logement (pas grave si votre plafond sous comble est perspirant).
En fait j'ai une question: comment faites vous votre enduit sur le liège ?
cordialement
Eric

Écrit par : eric | 02/01/2010

Répondre à ce commentaire

comme je voudrais isoler par l'extérieur, la fixation par des plaques de le liège sur le mur de façade extérieur en terre, comme le préconise Thyerry dans son descriptif, pour faire tenir et accrocher le crépis sur le liège grillage de poule inox ou pas ? fiché avec des cavaliers, et un crépis qui laisse respirer la façade, si vous avez d'autres suggestion pour améliorer merci Cordialement

Écrit par : fornes rosello | 02/01/2010

Pour Eric :
Oui mais la rétention d'humidité par une plaque de liège de 2 cm ne sera pas énorme. Surtout que le mur en pisé en aura géré une bonne partie...
Pour faire tenir l'enduit :
1) 2 couches de sel d'alun : 100 g par litre d'eau chaude (le sel d'alun a des propriétés astringentes -> bouchage des pores tout en conservant des propriétés perspirantes.
2) Un gobeti : 1 volume de sable (de préférence du 0,4)/1 volume de chaux et environ 1 volume d'eau.

Pour Rosello :
Pourquoi pas isoler avec des plaques de lièges par l'extérieur mais il faut avoir le budget qui suit...

Sinon, je pense qu'il est intéressant de "traiter" un mur en fonction de son exposition. Au nord par exemple, si j'avais à construire, je ne ferai pas de la terre mais plutôt un mur en botte de paille. A vous de voir...

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 02/01/2010

Répondre à ce commentaire

tres fiable

Écrit par : amira | 03/03/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours voulu construire en terre , mais beaucoup me déconseille de le faire en cas de revente peu de gens seront intéressé et au niveau de l'assurance dommage ouvrage, je ne pense pas que cela marche, de plus la construction demande plus de main d'oeuvre, et plus de temps, que pensez vous??

Écrit par : flornes rosello | 03/03/2010

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours voulu construire en terre , mais beaucoup me déconseille de le faire en cas de revente peu de gens seront intéressé et au niveau de l'assurance dommage ouvrage, je ne pense pas que cela marche, de plus la construction demande plus de main d'oeuvre, et plus de temps, que pensez vous??

Écrit par : flornes rosello | 03/03/2010

Répondre à ce commentaire

Environ la moitié de l'humanité vit dans une construction en terre. Nous avons seulement plusieurs dizaines de siècles voire quelques millénaires comme recul avec ce type de construction.

Concernant l'assurance : toutes les maison en pisé de France et de Navarre sont assurées, donc pas de soucis de ce côté là.

Côté finition : il y a une multitude de possibilités qui peuvent apporter une plus value par contre il est certain que côté main d'oeuvre c'est très physique mais c'est ... gratuit (à condition d'avoir une terre qui comprend le bon taux d'argile)

Mais bon, il ne peut pas y avoir que des avantages ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 03/03/2010

Répondre à ce commentaire

Hello,

Surtout que vu les avantages d'une construction en terre, si elle est bien conçue, je ne vois pas pourquoi il y aurait une décôte du bien immobilier. Surtout vu les crises énergétiques déjà actuelles. Alors demain... :o)

Antoine
ps : ceux qui vous déconseillent la terre car peu d'acheteurs seraient intéressé sont-ils vraiment au courant du marché de l'immobilier, surtout sur une nouvelle construction terre ? Ne sont-ce pas les mêmes qui pensent que le bio ne peut nourrir sa planète, que le nucléaire est indispensable, que le lait de vache vaut bien le lait maternel, bref, en dehors du fait qu'ils s'inquiètent pour vous, ce qui n'est pas criticable, savent-ils vraiment de quoi ils parlent ?

Écrit par : Antoine Collet | 04/03/2010

Répondre à ce commentaire

"beaucoup me déconseille de le faire en cas de revente peu de gens seront intéressé"

Je suis convaincu que vous faites une erreur importante.
L'avenir sera dans la performance de l'habitat pas dans son materiau, le materiau de la maison n'engendrera pas de decote si il est durable et performant. Hors la terre EST durable (a condition que la toiture protege le mur des intemperies) ET performante (gestion de l'hygrometrie, attenuation acoustique, inertie thermique....
A l'inverse une maison en beton n'est pas forcément performante (le béton en lui meme n'apporte pas grand chose en terme de performance)

En revanche, et je tiens les paris, LA maison invendable dans 10 ans sera la boite etanche : la maison de 1950 à 1970 (et plus...). qui n'a que 2 avantages : sa rigidité structurelle et sa rapidité de construction, et a d'innombrable désavantage : Attenuation sonore mauvaise, propagation thermique importante, permeabiliter faible.

Écrit par : simon | 19/07/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.