Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

Comment réaliser une voûte mexicaine sans coffrage

Comment réaliser
une voûte mexicaine sans coffrage

Cette fois-ci, c'est à Astudillo (Espagne) que je me suis formé pour apprendre la technique de la voûte mexicaine sans coffrage. Nos deux formateurs venaient donc du Mexique (Oaxaca et Guanajuato). Voici une petite vidéo de moins de 2 minutes qui retrace cette aventure de plus de deux jours et demi.

              

Voici donc comment nous nous sommes organisés. Attention article long comprenant 18 courtes vidéos...


Après une matinée théorique avec un diaporama commenté par Ramon Aguirre (le formateur - architecte mexicain), nous passons à la pratique. L'objectif est de réaliser 2 voûtes de 3 m de diamètre chacune avec des adobes (briques de terre crue) provenant d'une fabrique se trouvant à environ 20 km du village d'Astudillo.

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

Nous avons commencé par faire une chaîne pour déplacer les adobes sur l'échafaudage. A titre informatif, il faut environ 90 adobes (5 x 10 x 20 cm) pour réaliser 1m2 de voûte.

Afin de sensibiliser les habitants du village, le liant choisi a été la chaux. En espérant que ce dernier retrouve ses lettres de noblesse avec ce chantier.

Voici donc l'équipe des 26 stagiaires venant du Brésil, d'Italie, d'Espagne... et de France ;-)

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

 

Et il y a eu beaucoup d'adobes à déplacer.

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

 

Une fois les adobes posées, nous avons créé un chanfrein à la chaux hydraulique. J'étais étonné de voir que le conditionnement des sacs de chaux NHL 3,5 était de 20 litres (soit environ 15 kg)

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

 

le dosage est de 1 volume de chaux pour 3 volumes de sable. Le collage se fait à sec (sans mouiller les adobes)

Ramon souhaite dans un premier temps vérifier la résistance au cisaillement avec de la NHL 3,5. Le temps d'attente très faible (très court, de l'ordre de la petite minute...)

Autre donnée importante concernant la courbe de la voûte : le point haut de cette dernière se trouve à une hauteur H = 30% de plus que le côté le plus petit. Donc pour une voûte de 3 m de côté, le point haut sera à 90 cm.

Dernier détail important qui va à l'encontre de ce que je préconise habituellement. La pose se fait à sec, c'est à dire que les adobes ne sont jamais mouillées afin d'être encollées. Cela permet d'une part de ne pas les alourdir et d'autre part d'être collées plus rapidement.

 

                                          

 

J'ai été très impressionné par la résistance de ce matériau.
Mais bon, pour Jesus (à la casquette), ça commence à peser, il a fallu qu'il demande de l'aide à Valentin...

 

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

 

Le test de la résistance au cisaillement étant fait. La 6ème brique est tombée. Ramon souhaitait qu'il y en ait 4 ce qui correspondant à la longueur d'une brique. Nous continuons avec la pose du chanfrein qui recevra nos adobes.

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

 en vidéo...

                                                 

 

Le mortier est très liquide, composé de 1 volume de chaux NHL 3,5 et de 3 volumes de sable fin (0/2, voire plus fin). La suite consiste à poser 1 brique ou demi brique pour le premier rang, 2 briques pour le deuxième rang, etc.
Lors de la formation, je trouve que nous avons manqué de référentiel ce qui fait que l'orientation des briques était surtout dûe à l'expérience de nos super formateurs

Pose de la 1ère brique.

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

                                                       

 

L'inclinaison a été décidée par le formateur.
Dommage, qu'il n'y ait pas eu un indice ou un référentiel pour les débutants que nous étions. Le seul référentiel que nous ayons eu a été de mesurer sur les côtés afin de ne pas partir d'avantage d'un côté.

Nacho a continué à nous montrer les rangs suivants.

 

C'est vrai que le travail nous a rapidement impressionnés. Il y avait parmi nous, des architectes, des maçons... qui étaient tous émerveillés de constater la voûte se construire très progressivement relativement rapidement.

voûte mexicaine, pisé, Formaterre, chantier participatif, chantiers participatifs, béton de terre coulée, éconologie

 

Soyons curieux, une vue du dessous

                          

 

Voici une vue globale des 8 équipes (4 angles par voûte, 1 équipe par angle, 2 voûtes...)

                           

Notre groupe est en retard mais nous finissons en escalier.

                            

 

La nuit tombée, nous nous promenons dans le village. 4000 habitants en été, 1200 en hiver.

    
 

 

 Le lendemain matin. Il faut que l'on termine dans la journée car il pleuvra le lendemain.
Cela nous fait des bonnes journées...

                           

 

La couche de "remplissage" : la voûte n'est pas terminée
mais nous commençons à protéger et à homogénéiser la partie finie.

                          

 

Autre point de vue sur la voûte avec nettoyage préliminaire.

                             

 

Et en détail avec Nacho

                            

 

Petit détail vu du dessous : la signature de Nacho avec des adobes scellées à la verticale

                       

 

La fin de la voûte approche...

                          

 

Gestion de l'écoulement de l'eau entre les voûtes.

                                               

 

Fantaisies pour fermer la voûte (plusieurs solutions sont possibles)

                       

.

 Gestion de l'eau (suite)

                          

 

La couche de compression.

                       

.

 

J'ai hâte de commencer la mienne. Je pense en faire une dans la salle de bains de la chambre d'amis. Encore une belle aventure à poursuivre...

 

Commentaires

Impressionnant d'efficacité, je suis sidéré par la rapidité de la prise de la chaux

Écrit par : Nicolas | 01/09/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Nicolas,

C'est justement le fait de coller à sec un matériau très hygroscopique -> effet de "pompage" garanti, surtout avec de la chaux hydraulique.

Ceci étant, j'étais également impressionné ;-)))

Écrit par : Thierry Baruch | 02/09/2017

Répondre à ce commentaire

Vraiment très efficace pour fermer le "couvercle" d'une construction !
sans avoir recours au bois ( je croyais qu'on ne pouvait pas s'en passer pour former des pentes )
mais on ne peut pas se passer de paille ( dans la couche de compression ) rassurant !

Écrit par : emmanuel deragne | 07/09/2017

Répondre à ce commentaire

Oui, je trouve cette technique impressionnante. Ramon a écrit un bouquin sur le sujet (en espagnol). Je l'ai presque terminé, on en reparle quand tu veux Manu.

Écrit par : Thierry Baruch | 07/09/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.