Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2009

La peinture à l'ocre

J'ai enfin trouvé une peinture éconologique pour le bois en extérieur. Encore merci à la revue "La maison Econologique". Vous y trouverez la recette à l'intérieur. Comme nous allons la tester, nous avons du acheter à nouveau quelques ocres et produits chimiques. Et encore fois.... merci à l'entreprise Dousselin. En effet, dans cette recette, qui revient à environ 1€ le kilo de peinture, nous avons besoins de 200 g de sulfate de fer pour 5 kg de peinture. Le sulfate de fer coûte environ 25 € en pharmacie et ... 1,2 € chez Doussilin. Bien sûr, j'imagine que ce n'est pas le même. L'un est à usage médical donc plus pur... Enfin c'est ce que j'imagine...

Promis, nous testerons cette recette en faisant un article comprenant des tas de photos.

Sinon, pour en savoir plus, j'ai commandé les petits livrets chez  terres et couleurs . Les livrets sont magnifiques. Autant par leur contenu que par leur aspect graphique. Pour un coût symbolique de 5 €, on peut disposer de contenu parfois diffcile à trouver. Encore bravo à cette association.

Concernant la peinture à l'ocre, j'ai appris que les habitants avaient repeint leur village en 2 jours. Encadré par des bénévoles compétents ils ont fabriqué leur 500 litres de peinture sur la place du village (en Bourgogne) !!!

Sinon, la peinture à l'ocre est la peinture nationale en Suède (entreprise Falun). Il est possible de l'acheter en France à environ 5 € le litre ou de la fabriquer soit même à environ 1 € le litre... en 45 minutes !!!

En voici la recette qui est ancestrale :

Vous avez besoin de 260 grammes de farine de blé ou de seigle. Mélangez-les à 20 cl d’eau pour obtenir  une pâte. Ajoutez-y 3 l d'eau chaude. Passez au mixeur pour obtenir un mélange homogène, sans grumeaux. Laissez cuire à feu doux 15 mn.Une fois le mélange homogène, versez 1kg d’ocre en pluie fine puis 100 g de sulfate de fer. Chauffez à feu moyen et remuez fréquemment pendant 15 minutes. Il est possible d'utiliser également le mixer. Attention : Si vous utilisez une cuillère en bois, elle sera difficilement récupérable.Pour finir Versez ensuite 40 cl d’huile de lin (de préférence de noix, mais c'est beaucoup plus cher) puis 4 cl de savon liquide biologique. A nouveau, remuez le tout pendant 15 minutes. Soyez vigilant pour éviter l'accroche au fond du récipient. Laissez refroidir. Vous disposer de quelques kilos de peinture.

Image 3.png

 

Commentaires

Il y a deux type de sulfate de fer. Le premier qui est certainement celui de la pharmacie est du sulfate de fer (II) ou sulfate ferreux de formule FeSO4 de couleur verte alors que le second est du sulfate de fer (III) ou sulfate ferrique de formule Fe2(SO4)3. Le premier est la forme pure tandis que le second est la forme oxydée impure que l'on trouve en jardinerie.

Écrit par : caseo | 04/11/2009

Répondre à ce commentaire

NON ! la peinture à l'ocre n'est pas LA peinture nationale de Suède. Elle en est fortement inspirée mais n'a pas les mêmes qualités.
Cette recette "à l'ocre" redécouverte depuis peu de temps, mais publiée et connue depuis au moins la fin du XIXème siècle n'est pas en soi une mauvaise peinture mais elle est loin de valoir en terme de qualité celle au rouge de Falun.
La différence tient essentiellement à ce rouge de Falun qui est remplacé par de l'ocre et du sulfate de fer ... mais c'est loin d'être suffisant pour assurer la durabilité de la peinture.
Ce qui fait la force de ce fameux pigment suédois c'est sa composition. Il s'agit en fait d'un oxyde de fer impur mélangé à de l'oxyde de cuivre, de zinc ... et de plomb ! L'ensemble est bactéricide, fongicide, siccativant et ... toxique ! tellement que suite à l'aumgmentation du nombre de cancers dans la région de Falun les mines ont été fermées depuis plusieurs années (les fabrications actuelles se font sur des stocks important restant). Vous trouverez sur le site "officiel" des fabriquants de peintures au rouge de falun la fiche de données de sécurité de la peinture ... c'est édifiant http://www.falurodfarg.com/upload/363/Safety%20Data%20Sheet%20FR%2008_ny%20bild.pdf

Écrit par : caseo | 04/11/2009

Répondre à ce commentaire

existe t'il un produit d'accrochage pour peinture à l'ocre sur bois exotique?

Écrit par : bernard | 09/10/2013

existe t'il un produit d'accrochage pour peinture à l'ocre sur bois exotique?

Écrit par : bernard | 09/10/2013

Encore merci pour ces précisions. Les informations que j'ai écrites dans la note sur la peinture à l'ocre sont issu du cahier de "Terres et couleurs, le petit guide illustré de la peinture à l'ocre", écrit et documenté par Félicien Carli, fondateur de "Terre et Couleurs", directeur depuis 2005 du Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'environnement de la Côte d'or.

Il me semble (mais pour l'instant, il ne s'agit que d'impression documentée) que la peinture à l'ocre est une alternative intéressante aux peintures acryliques actuelles d'une part et aux peinture écologique d'un prix souvent prohibitif d'autre part.

Il serait intéressant d'aller à Chateauneuf en Bourgogne où les habitants ont fabriqué 500 kg de peinture et ont repeint leur village. Le cahier date d'avril 2007, donc la peinture devrait avoir près de 3 ans. Je trouve que cette expérience mérite largement que l'on se penche sérieusement dessus.

Plus d'infos : http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&ct=res&cd=3&ved=0CAsQFjAC&url=http%3A%2F%2Fwww.cotedor-tourisme.com%2Fpics_communs%2Fbdd%2Fsor%2FMONBOU02100274_1_op_couleurs_locales.pdf&ei=FijzSpSgNc734Ab2m_HQAw&usg=AFQjCNFOtItnF_vgEJs6bY0zhGRHLw2whw

Qu'en pensez-vous ?

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 05/11/2009

Répondre à ce commentaire

re,

Concernant le sulfate de fer, la fiche technique de la peinture de Falun indique 4 à 8% de sulfate de fer (Ferric (III) oxide 1309-37-1 215-168-2 4 – 8). Il me semble donc qu'il s'agit du même sulfate de fer, non ?

De plus je doute que la peinture de Falun utilise du sulfate de fer II vendu en pharmacie car il faut compter environ 25 € le kilo alors que ce prix correspond environ au tarif de 5 litres de peinture vendu en France (http://www.maison-ecolo.com/boutic/bou_list.cgi?codefam=pei&codesfam=peipa&lang= : 28 € les 5 litres

Ceci étant, il y a peut-être une astuce qui m'échappe. Je suis donc preneur pour des informations complémentaires.

Encore merci pour les précisions.

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 05/11/2009

Répondre à ce commentaire

Je connaissais cette initiative et l'action du CAUE et loin de moi l'idée de la critiquer, bien au contraire je ne peux que la soutenir. Je tenais juste à préciser les différences entre la véritable peinture au rouge de falun (toxique contrairement à ce que laissent entendre certains revendeurs de produits écologiques) et cette recette. Elle ne tient qu'au pigment (mais influe sur la qualité) et je voulais juste le préciser.
La recette préconnisée par le CAUE est effectivement économique, écologique et non toxique.
Techniquement il est en effet préférable de retenir la solution de l'émulsion si on souhaite travailler avec de l'huile de lin qui est l'huile siccative la plus courante. Par rapport à une solution huile de lin uniquement + pigment la peinture en émulsion sera plus fragile aux intempéries (mais ça pourrait se corriger dans la recette assez facilement avec l'ajout d'un produit naturel) mais le film de linoxine formé par l'huile de lin sera plus durable.
Dernier avis (j'ai un peu travaillé sur une recette identique en améliorant quelques points) il est préférable d'utiliser la farine de seigle qui est plus collante et donnera une émulsion plus stable.

Écrit par : caseo | 05/11/2009

Répondre à ce commentaire

;-)
La fiche technique indique 4 à 8 % d'OXYDE de fer qui correspond à la partie colorante rouge. Le sulfate de fer se trouve deux lignes en dessous !!! Il n'est pas acheté pour être ajouté à la peinture mais fait partie de la composition du pigment. Le n° CAS 7782-63-0 indique qu'il s'agit bien de sulfate ferreux (II) sous sa forme heptahydratée, ce que les anciens appelaient le vitriol vert ! (le vitriol bleu étant le sulfate de cuivre et le blanc le sulfate de zinc).
Concernant le prix des produits chimiques il faut différencier les qualités "techniques" et "pharmaceutiques" et les prix pratiqués entre les grossistes et les prix de détail d'une pharmacie. Par exemple pour un produit de qualité pharmaceutique qui me coûte 4€ HT le kg pour 100 kg chez un grossiste, il sera acheté 10 à 12 € HT le kg au répartiteur pharmaceutique et revendu au détail à ... 40 € TTC. Et l'écart serait encore plus important si on comparait avec une qualité "industielle".
Je vais me faire "tuer" par les pharmaciens !!!

Écrit par : caseo | 05/11/2009

Répondre à ce commentaire

Pas de souci Caseo, je pense que ce n'est pas un secret si je dis que peu de pharmacien roulent en Clio... ;-)

Mais revenons à nos moutons. Concernant la peinture à l'ocre, je pense également que la recette pourrait être amélioré si on remplace l'huile de lin par de l'huile de noix . Est-ce une bonne idée ?

Par contre, d'un point de vue prix, il faudrait en trouver de la pas trop chère.

D'autres astuces pour améliorer la recette de la peinture à l'ocre ?

Encore merci,

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 07/11/2009

Répondre à ce commentaire

Monsieur,
Nous avons un chalet en Suiise
Nous avons rénové une partie avec de la peinture à base d'ocre selon un recette trouvée sur internet
Quelques soucis pour la réalisation surtout la base du mélange farine dans peu d'eau puis mélange dans l'eau chaude.
Nous voir remercions de nous donner votre avis et quelques conseils
Pourriez vous nous donner votre recette ?
Merci de votre réponse et meilleures salutations
Pierre-André Delapraz

Écrit par : P.A.Delapraz | 08/07/2012

Monsieur,
Nous avons un chalet en Suiise
Nous avons rénové une partie avec de la peinture à base d'ocre selon un recette trouvée sur internet
Quelques soucis pour la réalisation surtout la base du mélange farine dans peu d'eau puis mélange dans l'eau chaude.
Nous voir remercions de nous donner votre avis et quelques conseils
Pourriez vous nous donner votre recette ?
Merci de votre réponse et meilleures salutations
Pierre-André Delapraz

Écrit par : P.A.Delapraz | 08/07/2012

Telle quelle cette recette est la plus économique mais va nécessiter une couche de rafraichissement tous les deux ou trois ans.
On peut effectivement sur ce même principe de l'émulsion modifier plus ou moins profondément la recette mais il faudra prendre en compte l'aspect économique et la disponibilité des produits à mettre en oeuvre.
Si la peinture revient par exemple deux fois plus cher ce n'est pas forcément un mauvais choix si elle dure trois fois plus longtemps avant de repasser une couche !
On peut tout changer (sauf l'eau et l'ocre ou le pigment) et améliorer les choses.
L'huile de noix est une bonne solution mais pas celle que l'on trouve dans le commerce alimentaire. Il faut la raffiner et enlever les mucilages (cela peut se faire tout à fait naturellement par wintérisation : on refroidit l'huile, ce qui "coagule" une bonne part des mucilages qui précipitent lors du réchauffage).
On peut aussi ajouter un plastifiant naturel à l'huile de lin et la raffiner (cette fois par une autre méthode toujours naturelle).
L'émulsifiant utilisé, la farine, est "faible", ce qui explique la quantité importante utilisée. Cela fragilise la peinture car le film de colle formé par cette farine est fragile et très friable. Des émulsifiants naturels plus efficaces permettraient de diviser par 10 la quantité et d'avoir un film plus solide.
On peut aussi rajouter une résine comme la colophane (en faible quantité) mais elle est allergène et on préfèrera utiliser un ester de colophane glycérinée (colophane chauffée avec de la glycérine et un peu d'iode ce qui modifie l'acide abiétique coupable de cette effet allergène). D'autres résines seraient préférables car de meilleure qualité mais nettement plus chères.
Maintenant il faut aussi voir la disponibilité des produits ! une huile de lin standolisée que l'on peut substituer à une partie de l'huile ne se trouve que par fûts de 200 kg. L'ester de colophane glycérinée par 750 kg etc ...
J'ai en stock une version de cette peinture en émulsion avec de l'huile de noix traitée par mes soins et qui est quasiment aussi claire que de l'eau. Autre avantage cette peinture n'a AUCUN siccatif et sèche en deux-trois jours. Ce devrait être un nouveau produit caseo début 2010 ;-)

Écrit par : caseo | 07/11/2009

Répondre à ce commentaire

Bravo Caseo pour toutes ces recherches et merci pour les partager. Merci de me faire part de vos peintures éconologiques et je me ferai un plaisir de faire un articles sur Formaterre et Epizébo.

Dans un premier temps, je vais tester la peinture éconologique telle quelle puis je testerai les versions suivantes en modifiant l'huile et l'umulsifiant.

Vendez-vous de l'huile de noix ou de l'huile de lin sans mucilage ?

Écrit par : Thierry Baruch | 08/11/2009

Répondre à ce commentaire

Non je ne commercialise pas d'huile, du moins par pour l'instant. Le process que j'ai mis au point et qui est totalement naturel nécessite 6 phase différentes qui durent chacune entre 24 et 48 heures. C'est absolument non rentable en dehors d'une utilisation directe dans un produit manufacturé ou à la limite pour des produits de beaux arts pour lesquels les quantités utilisées sont peu importantes.
Pour obtenir une huile qui se passe au final de siccatif il faut de préférence utiliser une huile vierge brute plutôt qu'une huile raffinée (le traitement alkalin ralenti la siccativité de la peinture) ou une cochonnerie brunâtre achetée en grande surface. Cela veut dire une production sinon française, du moins européenne, au moins 50% plus chère en prix de gros que le prix public du produit lamba de la grande surface. Le traitement fait perdre environ 10 à 15% de matière. Si je prend en compte le coût du traitement (pas trop cher), un petit peu de marge tout de même ;-), l'emballage étanche à l'oxygène (l'huile étant plus siccative naturellement il faut une protection importante à l'oxydation), et la marge d'un éventuel revendeur ça mettrait le litre d'huile de lin à une vingtaine d'euros ... minimum et l'huile de noix dans les trente euros. Cela reste moins cher que les produits que l'on trouve pour artistes mais pas vraiment donné pour repeindre une maison en entier. D'un autre coté c'est aussi le prix de la qualité et il est réduit si on travaille en émulsion.

Écrit par : caseo | 08/11/2009

Répondre à ce commentaire

1°)J'ai passé 2 sous-couches de peinture classique sur des volets neufs (je ne connaissais pas la peinture à l'ocre). Faut-il les décaper pour retrouver le bois brut avant d'y appliquer la peinture à l'ocre, ou un ponçage suffit-il ?
2°) Et sur des volets anciens, peut-on appliquer la peinture à l'ocre après avoir bouché les fissures avec de l'enduit ?
Merci d'avance

Écrit par : Gilbert Rausa | 16/02/2011

Répondre à ce commentaire

Qu'est-ce qu'une peinture "classique" ? Une peinture acrylique, glycéro ?

Pour la 2ème question, la réponse est oui. Grattez et faite partir les parties fragile puis passer la peinture à l'ocre qui tient même sur les pentures (au bout de la 2ème couche).

Au plaisir de vous lire.

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 17/02/2011

Répondre à ce commentaire

Peut on passer de la peinture à l'ocre sur les ferrures d'un volet par exemple. Cela aura t il aussi une action anti-rouille ou doit on traiter avant?
merci de renseigner une novice qui s'apprête à repeindre tous les volets de sa maison

Écrit par : maynard carole | 01/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas sûr qu'il y ait véritablement un effet anti-rouille mais il me semble que oui... indirectement. En effet, je dirai que le fait que la penture soit recouverte d'une couche de peinture devrait éviter l'oxydation et donc la formation de rouille.
Qu'en pense Caséo ?

Écrit par : Thierry Baruch | 02/03/2011

Répondre à ce commentaire

j'ai des volets neufs en bois avec 2 couches de lasure dessus.
je voudrais savoir si un ponçage simple suffisait pour passer de la peinture a l'ocre dessus (en gros , si des rayures fines sur la lasure permettait un accrochage suffisant ), ou s 'il fallait décaper complètement mes volets de toute trace de lasure.
j'ai fabriqué ma peinture avec la recette classique des cahiers de terre et couleurs.

A part la colophane , existe t il des emulsifiants plus accessibles et meilleurs que la farine ?

en vous remerciant par avance

Écrit par : bourin jy | 09/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je pense que cela dépend de la composition de la lasure. Il me semble que la plupart des lasure sont en solution aqueuse. Dans ce cas, je dirai qu'un simple ponçage devrait suffire.

Concernant la farine, elle ne joue pas le rôle d'émulsifiant. En effet les émulsifiants sont des molécules qui possèdent une extrémité ayant une affinité pour l'eau (hydrophile) et une extrémité ayant une affinité pour l'huile (hydrophobe). Grâce à eux, l'eau et l'huile peuvent être finement dispersées l'une dans l'autre pour créer une émulsion stable, homogène et fluide.

Dans le cas de la peinture à l'ocre, c'est le liquide vaisselle qui joue ce rôle.

Écrit par : Thierry Baruch | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je rajouterais même qu'au XVIIème siècle en Suède les peintres préféraient le Paic citron au Palmolive vaisselle à cause de la bonne odeur !!!!
Hé Oh Thierry on n'est pas réveillé ce matin ;-) ?
C'est bien la farine qui joue le rôle d'émulsifiant ! Celle ci donne d'ailleurs des émulsions assez stables de type H/E (Huile dans Eau) grace aux protéines et à l'amidon qu'elle contient.
Pour les ferrures : huile de lin et pigments suffiront surtout si on utilise une standolie d'huile de lin.
La colophane n'intervient pas comme émulsifiant mais pour durcir le film.

Écrit par : caseo | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'oubliais, le savon noir ou liquide vaisselle ne servent que d'agent mouillant pour les pigments. Ils sont absent de la recette d'origine et inutiles avec les oxydes de fer et les ocres qui se mouillent parfaitement bien.

Écrit par : caseo | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

Merci super Caseo. En effet, la petite nocturne d'hier a du me mélanger les idées jusqu'à confondre "agent mouillant" et "émulsifiant".

Ceci dit, il me semblait que le savon (soponification de la soude et donc produit ayant quelques siècles ;-) avait un rôle d'émulsifiant. Ce n'est donc pas le cas ?

Écrit par : Thierry Baruch | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

Le savon est effectivement un tensioactif qui va plutôt servir à aider la stabilisation d'une dispersion qu'à véritablement émulsionner.

Écrit par : caseo | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

je viens de lire les messages,tres interressant,et je suis tres interresse par cette formule,j'ai des volets en lasure,pourraitavoir une bonne recette et ou se procurer cet ocre merci de me le faire savoir merci

Écrit par : caballero | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

"bonne recette" ? Je ne sais pas. Je viens encore d'essayer cette recette avec de l'ocre jaune clair et le résultat me convient. Maintenant, je n'ai pas encore le recul nécessaire pour être affirmatif à 100%.

Pour les ocres, je vais chez Dousselin (www.dousselin.fr) les acheter. Je sais qu'ils livrent partout en France

Écrit par : Thierry Baruch | 11/03/2011

Répondre à ce commentaire

Thierry je viens de comprendre d'où vient ta confusion en relisant la fiche recette de la peinture à l'ocre sur le site du CAUE. Ils écrivent "ajouter le savon liquide pour favoriser l'émulsion de l'huile de lin". En fait l'émulsion est déjà faite ils auraient du écrire "ajouter le savon liquide pour favoriser la stabilisation de l'émulsion de l'huile de lin". Note qu'il n'y a pas de savon dans la recette d'origine suédoise.

Écrit par : caseo | 12/03/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'ai moi aussi décidé de repeindre mes volets à la farine, en blanc (de meudon).
Après avoir passé une première couche diluée, puis une seconde non diluée, voilà mes beaux volets terminés et posés.

Première pluie, ho ho, je vais verifier comment se comporte ma cool peinture. Et ho désespoir quand je m'aperçois que sur les parties mouillées, la peinture ne resiste pas au frottement de mes doigts...
qu'ai-je donc mal fait?!
Blanc de meudon?
Essence de lavande remplaçant le sulfate de fer?
J'ai pourtant appliqué a la lettre la recette (qui permettait ces changements), et la technique de pose (décapage complet (décapant fabriqué maison avec farine et soude)....
Je suis completement dubitative, l'hiver arrive avec ses nombreuses pluies, et si à chaque ouverture et fermeture de volets mouillés la peinture me reste sur les doigts, au printemps ceux-ci ne seront plus que de l'art abstrait!
L'un de vous aurait un début d'explication? J'ai là vraiment besoin d'aide

Et bravo bravo pour ces sites et l'entraide, la générosité et le partage des Savoirs!

Écrit par : Bantsing | 03/11/2014

Ben voui, le savon est issu de la soponification de la soude et comprend un corps gras. Il me semblait donc que le savon avait un rôle important dans l'émulsion : molécule créant une "accroche" avec le gras d'un côté et l'eau de l'autre pour faire simpliste.

Donc, le savon stabiliser l'émulsion mais ne participerait pas directement à l'émulsion elle-même.

merci encore pour l'info.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 12/03/2011

Répondre à ce commentaire

nous avons tout achete pour faire ce melange et peindre une palissade... cependant le sulfate de fer ne se vend plus en pharmacie ni commerce en poudre, est ce le même effet avec du sulfate liquide, qu'il faut alors convertir de grammes a cl?

Écrit par : marianne | 05/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'ai commencé à faire quelques essais et effectué quelques recherches. On peut trouver du sulfate de fer (me semble-t-il) dans certaines jardineries, gamm vert par exemple, en sac de plusieurs kilos car il sert comme "agent démoussant" pour les pelouses. Est-ce le produit à utiliser ? Je n'en ai pas la certitude.

Écrit par : isabelle | 19/06/2011

Bonjour,

En pharmacie, le sulfate de fer est beaucoup trop cher car ce n'est pas exactement le même que celui que l'on trouve dans les négoces de type Dousselin.

Pour le sulfate liquide, désolé mais je ne peux pas vous répondre.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 06/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Pour avoir essayé les 2 sulfates (forme liquide et solide), le mieux est le solide à la cuisson car, dès son apport le liquide "mousse" beaucoup plus que le solide! Attention de prévoir un récipient bien plus grand pour la cuisson.

Écrit par : SAUVAGE | 19/03/2014

Je suis décidée à repeindre mes volets avec de la peinture à l'ocre et je voudrais savoir
si je dois préparer toute ma peinture d'un seul coup et si elle se garde plusieurs jours, ou si je dois la préparer au fur et à mesure
Merci de me renseigner

Écrit par : véronique | 28/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

j'aimerais fabriquer une peinture naturelle extérieure pour une palissade en bois. Je souhaiterais une couleur gris ardoise, j'ai trouvé du pigment, est-ce la même recette qu'avec de l'ocre ? j'ai la recette de terres et couleurs (Carli).
Connaissez-vous des sites de ventes de pigments gris bon marché.

Merci
Barbara

Écrit par : Auvin | 28/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Pas de souci, elle peut se garder plusieurs jours à conditions de bien la couvrir pour éviter au maximum que cette dernière sèche.

Bonne peinture

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 30/04/2011

Répondre à ce commentaire

Les volets que j'ai à repeindre ont été peints précédemment avec une peinture acrylique du commerce.
Elle s'écaille par endroits et un décapage mécanique fera tomber ce qui est instable. Pour le reste, qui tient bien, dois-je vraiment mettre "à blanc" comme j'ai pu le lire ici ou là ou bien un ponçage général suffira-t-il ?
Merci, cela conditionnera mon emploi du temps pour les semaines à venir...

Écrit par : veronique | 30/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Mettre du gras sur du maigre (de la peinture à l'ocre qui contient de l'huile sur une peinture acrylique qui contient de l'eau) n'est jamais conseillée.

Je pense qu'il est conseillé de poncer le volet dans son intégralité afin d'avoir d'une part une surface d'accroche et d'autre part de permettre la pénétration de la peinture à l'ocre dans le bois.

Désolé pour la non-économie du boulot à faire.

Sinon, la solution serait de faire tremper le volet dans un bain d'acide (il y a des pros qui le font pour pas trop cher par rapport au boulot que cela va représenter).
A vous de voir.

Bon courage

Écrit par : Thierry Baruch | 30/04/2011

Répondre à ce commentaire

Bravo et merci pour ces premiers échanges, il y a un contenu dense et c'est super!

Moi je suis charpentier et envisage de faire des cabanes ... en couleurs!!! Mais je vourdais être sûr que les peintures tiennent la route. D'où ces 2 questions sur le bien-fondé de l'utilisation de l'ocre comme ingrédient de base dans la recette de Terres et Couleurs :

- En quoi l'ocre protègerait-elle mieux le bois qu'un pigment pur, oxyde de fer synthétique par exemple?
(l'ocre est généralement composée d'argiles, de quartz, et d'oxydes de fers de différents types, le tout dans des proportions variables selon les provenances, et la cuisson ultérieure. Par exemple: ocre jaune du Vaucluse: argile (kaolinite) 40%, quartz 40%, oxyde de fer (goethite) 20% (source: Les Ocres, où et comment les produit-on? Autre très intéressant cachier de Terres et Couleurs). L'oxyde de fer étant la substance colorée, les ocres sont beaucoup moins "couvrants" que les oxydes de fers purs.)
Autrement dit: est-ce qu'au delà de l'idée (sympathique!) de retrouver nos "Couleurs Locales", défendue par Terres et Couleurs, il y a de réels arguments techniques an faveur de l'utilisation de l'ocre ?
Cela revient probablement à poser la question du rôle des argiles et du quartz dans la formulation, pour la protection des boiseries et la tenue de la peinture.

- L'expérience de Terres et Couleurs (relatée dans leur livret) leur a montré que la peinture formulée avec le jaune ocre et "les teintes claires, moins opaques, ont une moins bonne tenue dans le temps".
Je doute que ce soit l'opacité qui détermine la durabilité de la peinture, et pencherait plutôt pour une différence au niveau chimique: l'ocre rouge a été cuite à haute température et est donc anhydre, alors que la jaune, juste filtrée et broyée après actraction, est sous un forme hydratée, la rendant peut-être moins "disponible" pour se lier solidement aux autres ingrédients de la peinture et aux supports. Est-ce que je me trompe?

A bientôt, Thomas

Écrit par : Thomas Picard | 22/05/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Thomas,

Merci beaucoup pour ce commentaire qui alimente la problématique de la peinture à l'ocre.

A l'heure actuelle, ce qui me semble de plus en plus évident est que cette peinture vraiment éconologique tient très bien. A titre d'exemple, je regarde souvent les volets que j'ai posés il y a plusieurs mois et ils sont en parfait état (boiserie comme ferronnerie). Et pourtant ces derniers ont déjà subi plusieurs choc thermiques (neige, pluie, soleil, vent...)

Concernant la différence de résistance entre oxyde et ocre, je ne serai te répondre. Peut-être que Caséo aurait une réponse à ce sujet ?

Par contre, je te rejoins en partie concernant la différence entre les ocre rouge et les ocre jaune. Je dis en partie car je pense que l'opacité joue un rôle important comme barrière aux UV.

@ bientôt,

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 22/05/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour, intéressant ton retour d'expérience sur la peinture à l'ocre rouge. Si ça tient bien, surtout sur des volets (plus sollicités que des bardages quand même) c'est rassurant!

Par contre pour la protection des boiseries en extérieur il faut savoir que l'exposition aux UVs n'entraine que le grisaillement du bois laissé nu, ou le vieillissement de la finition si le bois est revêtu. Les experts du FCBA parlent de "durabilité esthétique" ... et non de "durabilité structurelle". Voire la grande tendance actuelle de laisser le bois nu (mélèze de coeur, douglas, chataignier...), sui ne plait guère aux fabriquants de lasure... mais qui ne joue guère sur la durée de vie des bardages .

A contrario, je crois que le véritable intérêt de la peinture à l'ocre est d'être imperméable à l'eau liquide tout en laissant le bois respirer (échanges gazeux). Comme l'eau ne touche plus le bois, on pourrait dire que la protection apportée par le peinture confère au bois une très bonne durabilité ... structurelle!

je crois qu'il y a une confusion entre ces deux aspects (c'est classique), et mon hypothèse c'est que l'ocre jaune est plus "perméable à l'eau liquide": sous forme hydratée, elle garde des affinités avec l'eau liquide, en conséquence la peinture se retrouve plus vite délavée.

Euh... voila tout! A bientôt, thomas

Écrit par : Thomas Picard | 23/05/2011

Répondre à ce commentaire

Merci Thomas pour le développement de ton idée.
Personnellemnet, je n'ai pas les compétences pour affirmer ou infirmer tes propos.

Par contre, je peut te dire que j'ai également la peinture à l'ocre jaune beaucoup plus liquide. Ma recherche consistait à obtenir un tonalité chaude qui laisse apparaître les nervures du bois. Je ferais des photos ultérieurement pour illustrer mon propos.

@ bientôt,

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 24/05/2011

Répondre à ce commentaire

tout à fait. Sinon, il existe un autre sulfate de fer dont la composition est légèrement différente. Ce dernier est en vente en pharmacie et coûte très cher. Aucun intérêt pour une utilisation en peinture dont la fonction principale est le côté fongicide.

Pas de souci Isabelle, vous pouvez acheter le sulfate de fer en vente en produit jardinerie.

Écrit par : Thierry Baruch | 19/06/2011

Répondre à ce commentaire

Hum ... il y a un risque important. Il faut utiliser du sulfate ferreux (II) bien frais qui est soluble dans l'eau. Facile à reconnaître : il est vert (d'où son ancien nom de viriol vert). En jardinerie, le plus souvent, ce sulfate s'est oxidé en sulfate (III), ou sulfate ferrique, et il devient insoluble et inutilisable pour notre application. Lui aussi est facile à reconnaître, il est devenu jaune-brun.

Écrit par : caseo | 20/06/2011

Merci pour ce commentaire mister Caseo. En effet, le sulfate de fer que j'achète est vert. Je l'achète chez Dousselin. Ce produit est très peu coûteux. environ 1,5 € le kg et il en faut 100 g pour 5 kg de peinture...

Par contre, je n'ai jamais vu le sulfate ferrique jaune-brun. Serait-ce justement le produit en vente en pharmacie ? Le prix de ce dernier est par contre prohibitif pour un usage en peinture.

Écrit par : Thierry Baruch | 20/06/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je me permets d'intervenir.... je m'interesse à la peinture à l'ocre, et comme d'habitude je creuse le sujet.

Votre échange est très interessant, et une question m'est venue en les lisant. Qu'en est-il du miel ??
Bon emulsifiant, nourrissant (dans tous les sens du terme :)), peut-il également faire office de siccatif ??

Écrit par : karine | 21/06/2011

Répondre à ce commentaire

Thierry : Le sulfate vendu en pharmacie est le bon. Celui qui pose généralement problème c'est celui vendu comme anti-mousse dans les jardinerie.
Karine : aucun intérêt. Le pouvoir émulsifiant, s'il existe est trop faible. Dans les quantités requises cela laisserait un film de peinture fragile. La farine (de seigle de préférence) ou une bonne fécule est nettement préférable et en plus moins chère. Le miel n'a AUCUN effet siccatif sur l'huile.

Écrit par : caseo | 21/06/2011

Répondre à ce commentaire

C'est étonnant Caseo car le sulfate de fer que j'achète est bien vert et non brun-jaune. De plus, le sulfate de fer vendu en jardinerie a bien une fonction fongicide, non ?

Personnellement, j'émettrai quelques réserves. D'une part, je n'ai pas jamais mis de siccatif car cette peinture sèche très vite. D'autre part, si le miel joue un rôle de siccatif, ce qui semble improbable d'après Caséo, je pense alors que le degré de conservation sera moindre et que ce dernier risque d'attirer les petites bestioles, non ?

Écrit par : Thierry Baruch | 21/06/2011

Répondre à ce commentaire

Il n'y a rien d'étonnant ;-) Le sulfate de fer vendu comme produit chimique pur dans une droguerie sera bien vert (sauf emballage non étanche) tout comme celui acheté chez le pharmacien. Par contre en jardinerie ou en grande surface de bricolage au rayon jardin où il est vendu comme anti-mousse dans des sachets pas vraiment étanches à l'oxygène il aura le plus souvent tourné au brun-vert et sera inutilisable ... sauf pour traiter son gazon ...
Pour les siccatifs, seuls les sels métalliques ont une actions sur les acides polyinsaturés des huiles (en dehors des phénomènes physiques naturels que sont l'oxygène de l'air, la chaleur et la lumière).

Écrit par : caseo | 21/06/2011

Répondre à ce commentaire

ok, toujours aussi clair super Caseo ;-)
Le mien est donc bien vert car je l'achète en droguerie chez Dousselin.
La différence de prix est énorme. J'ai du le payer environ 1,5 € le kilo alors qu'une amie pharmacienne pouvoir me le fournir à plus de 20 € les 100 g !!!!

Incroyable, non ?

Écrit par : Thierry Baruch | 21/06/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'aimerai connaître la durée de conservation de la peinture à l'ocre faite maison. Et qu'elles en sont les conditions de conservation.
D'avance merci.

Écrit par : Angéline | 28/06/2011

Répondre à ce commentaire

La durée de la conservation est de plusieurs année mais je n'ai pas assez de recul pour confirmer cette donnée.

La conservation : plusieurs semaines, voir mois, à condition qu'elle soit à l'abri de l'air (film plastique dessus avant de refermer le pot avec son couvercle)

Écrit par : Thierry Baruch | 28/06/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour , j'aimerais dans un premier temps acheter cette peinture toute faite mais je n'ai pas trouvé de lien , à part un qui vend 5l pour50€ environ???
Pouvez vous me donner quelques adresses ou liens sur l'est de la france
Merci d'avance

LUC

Écrit par : tortochaut | 07/07/2011

Répondre à ce commentaire

Désolé, je n'ai pas de lien à donner et ne connait pas de vendeur de peinture à l'ocre. De plus, "dépenser" 40 minutes (nettoyage compris) pour gagner plus de 40 €, ça me va bien. je trouve l'aventure aussi intéressante qu'enrichissante et donc passionnante.

Désolé

Écrit par : Thierry Baruch | 07/07/2011

Répondre à ce commentaire

J'ajoute qu'il existe des peintures vendues comme étant des "peintures à l'ocre" qui ne contiennent pas un gramme d'ocre: dans les peintures "Sylvacolor", les coloris des peintures de Falun sont imités mais les pigments sont des oxydes de fer synthétiques. Je ne peux pas dire si elles meilleures ou moins bien que la recette de Terres et Couleurs mais c'est quand même un peu gonflé!

Écrit par : Thomas Picard | 08/07/2011

Répondre à ce commentaire

Pour augmenter la durée de vie d’une peinture à l’ocre et à la farine, auriez vous une idée de la quantité de sulfate de cuivre et de zing à incorporer ?

Merci,

Écrit par : BENOIT | 20/07/2011

Répondre à ce commentaire

Ben voui, c'est dans la recette ;-) 200 g pour 5 kg de peinture.

Joyeuse peinture

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 20/07/2011

Répondre à ce commentaire

Les 200 g c'est pour du sulfate de fer, mais contrairement au rouge falun, dans l'ocre, il n'y a pas de sulfate de cuivre et de zing qui augmentent la protection du bois.

Merci

Écrit par : BENOIT | 20/07/2011

Répondre à ce commentaire

Si quelqu'un connait la proportion de sulfate de cuivre et de zing que l’on pourrait incorporer pour augmenter la tenue de la peinture…

Merci

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 22/07/2011

Répondre à ce commentaire

Désolé je n'ai pas d'idée là dessus.

Écrit par : Thierry Baruch | 23/07/2011

Répondre à ce commentaire

Pour le dosage je ne sais pas.
En revanche voici un document (en anglais) où est bien commenté l'usage du sulfate de zinc, notamment présenté comme une alternative au sulfate de fer qui "rouillerait" dans le temps et serait donc ilmpropre aux usages avec des couleurs claires (blanc, jaune, vert clair...)
http://www.ibiblio.org/london/rural-skills/homemade/homemade-paint

Écrit par : Thomas Picard | 23/07/2011

Répondre à ce commentaire

Merci pour le document, peut-être peut-on estimer qu’il faudrait la même quantité si le sulfate de fer est remplacé par le sulfate de zinc. Je pense mettre pour 50 l de peinture, 2kg de sulfate de fer, 1kg de sulfate de zinc et 1 kg de sulfate de cuivre, car la recette originale précise 2 kg de sulfate de fer avec le rouge de falun qui lui-même contient les sulfates de zinc et de cuivre.

La couleur que j’ai sélectionnée est terre de sienne naturelle. Je pense qu’il est préférable de prendre une couleur moyennement foncée, les couleurs claires sont plus sensibles aux UV et les très foncées captent la chaleur, provoquent des variations dimensionnelles du bois plus importantes ce qui peut craqueler le film de peinture.

Je pense mettre 3 litres de l’huile de lin (pour 50 l de peinture). Plusieurs documents précisent que la peinture sera plus résistante.

J’ai trouvé la quantité de savon noir sur le site des comptoirs de Saint Jacques, soit 400g.

Une amie ayant réalisée plusieurs voyages en Finlande m’a précisé que pour conserver la peinture, il fallait verser un peu d’eau salée (30 g de sel de mer par litre d’eau) pour recouvrir le dessus de la peinture sur le pot.

Autres précautions pour obtenir une finition de longue durée, un débord de toiture de plus de 50 cm et une distance du bois au sol fini de plus de 20 cm, l’application de la peinture sur un bois sec et scié (donc non raboté), pour du neuf, l’application de la première couche en atelier, éviter un soleil trop violant lorsque la peinture est appliquée en extérieur pour obtenir un séchage lent...

Voici les sites qui me semblent les plus intéressants :

http://www.comptoirsaintjacques.fr/content/8-peinture_au_ble : Quantité de savon noir et vidéo
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouge_de_Falun : recette avec et sans huile de lin
http://www.dousselin.fr/ : Sulfates et ocres

La finition sur le bois est le principal frein à son développement à l’extérieur. Une peinture éconologique qui nécessiterait une couche tous les 15 ans serait une bonne réponse.

Je fais de nombreuses suppositions, si vous avez des éléments qui les confirment ou infirment, je suis preneur.

Écrit par : BENOIT | 23/07/2011

Répondre à ce commentaire

Encore merci à vous deux pour vos commentaires très intéressants. Du coup, j'ai effectué quelques recherches complémentaires sur le sujet :

D'après "les dictionnaires du matériaux du peintre" (Ed. Belin) :
- le sulfate de zinc est un sel métallique employé comme siccatif.

J'ai également trouvé les propriété du zinc mais pas celles du sulfate de zinc.
Concernant le zinc : "il réfléchit fortement les les infrarouges (95% à 2500 nm) mais d'une manières plus limité les ultraviolets (48% à 300 nm).
L'une des caractéristique physique du zinc est d'être insoluble dans l'eau. J'imagine que ce n'est pas le cas pour le sulfate de fer.

@u plaisir de vous lire et encore merci pour tous les liens très intéressants.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 25/07/2011

Répondre à ce commentaire

Hou la la vous allez dans le mauvais sens si votre objectif est d'obtenir un film de peinture durable dans le temps. Il y a deux éléments à prendre en considération :
1 - La préservation du bois
2 - La solidité et la permanence du film de peinture
Dans le cas de la peinture à l'ocre ou suédoise, comme vous voulez, la préservation du bois est faite principalement par la composition du pigment (fer, cuivre et surtout PLOMB dans le vrai rouge de falun). La solidité du film de peinture est due à l'huile de lin qui, une fois oxydée, forme un film de protection qui "colle" le pigment. Le GROS problème de l'huile de lin qui est le pendant de sa siccativité élevée (séchage rapide) c'est que le phénomène d'oxydation ne s'arrête pas une fois le film formé ! Ce film s'acidifie ce qui provoque de nombreuses craquelures par lesquelles l'eau va s'infiltrer. Plus vous rajoutez d'éléments acides dans la peinture et plus vous accélérez la destruction du film de linoxyne. En augmentant la quantité de sulfates vous accélérez la siccativité ... et diminuez la durée de vie de la peinture !!!

Écrit par : caseo | 26/07/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous,

J'ai essayé de tout lire mais je n'ai pas trouvé de réponse à mes questions. Je tiens vraiment à remercier l'ensemble des participants pour cet échange d'expérience et Formaterre en particulier pour son blog passionnant.
Nous voulons peindre des volets neufs en Nord Blanc avec de la peinture à l'ocre. La couleur choisie était de la terre verte de Brentonico avec de l'ardoise pour approcher au plus et de manière naturelle le pastel (nous habitons vers Toulouse).
Le problème que nous rencontrons est avec le sulfate de fer. Je n'ai pas utilisé de sulfate bien pur mais un peu marron avec des grumeaux. Ces derniers ne me dérangent pas. Le problème c'est la rouille. En séchant, ce sulfate apporte une couleur orangée qui donne à ma couleur un aspect "caca d'oie". Je souhaite donc remplacer COMPLÉTEMENT le sulfate de fer. J'ai regardé dans le Monum sur la peinture, dans le dico du peintre chez Belin, je ne trouve pas si je peux mettre du sulfate de cuivre (antifongique aussi) et dans quelle quantité. Il a tendance a viré au bleu-vert se qui est arrangeant pour ma peinture. Mais il ne doit pas être en milieu trop acide Il faut être plus calé en chimie que je ne le suis ! Avez vous une réponse ? un retour d'expérience ?
Merci et bonne journée sans vent d'autan

Écrit par : Sophie | 06/03/2013

Merci Caseo,

Comment retrouver la longévité de la peinture suédoise avec un autre ocre que le rouge falun ? Dans la recette d’origine, il n’y a pas d’huile de lin.

Je pense que le rôle de la peinture n’est pas la préservation vis-à-vis des insectes et champignons du bois. Si le bois n’est pas naturellement résistant aux insectes, il doit être traité avec un produit de type xylophène. La mise en œuvre doit éviter une humidification trop longue et donc le risque champignon.

Le rôle essentiel de la peinture est décoratif, donc un film durable. Peut-être faut-il ne mettre que 2 kg de sulfates en tout et choisir la proportion des autres sulfates (cuivre ?, zinc ?) pour s’opposer aux UV, permettre de conserver un film souple qui suive le mouvement du bois, assure la pérennité du film… Ou augmenter la quantité de sulfate sans mettre de l’huile de lin ? je connais bien le bois mais nettement moins la chimie.

Écrit par : BENOIT | 26/07/2011

Répondre à ce commentaire

Heu .... vous partez de quelle recette ? Parceque sans huile de lin cela n'aurait aucune tenue !!!
Bien sur que si il faut de l'huile de lin et pas n'importe laquelle. Relisez la recette d'origine et bien traduite (Boiled linseed oil) cela donne "huile de lin cuite" ... c'est à dire une huile pré polymérisée dont les caractéristiques sont intermédiaires entre une huile de lin brute et une standolie.

Écrit par : caseo | 26/07/2011

Répondre à ce commentaire

Je parle de la recette définie dans le lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouge_de_Falun, qui recoupe la recette rapportée par une collègue, sans huile de lin, il semble que c’est la cuisson de la farine de seigle qui réalise la dureté du film.

Écrit par : BENOIT | 26/07/2011

Répondre à ce commentaire

La recette sans huile de lin est une invention d'un incompétent qui a cru bon de faire preuve d'une initiative stupide (appelons un chat un chat !). Sans huile on ne réalise qu'une détrempe, qui n'a aucune tenue à l'eau. Il ne viendrait à l'idée de personne de peindre du bois à l'extérieur avec de la gouache et c'est exactement ce que donne cette recette. La cuisson de la farine de seigle n'a pour but que de faire éclater les grains d'amidon afin de les solubiliser. Il y a TOUJOURS eu de l'huile de lin dans la recette originelle (le lien se trouve en bas de l'article) et la farine de seigle n'est présente que pour certes donner un peu de pouvoir collant mais surtout pour stabiliser l'émulsion huile/eau.

Écrit par : caseo | 26/07/2011

Répondre à ce commentaire

bonsoir caseo
1 je ne veux pas innover
2 je ne veux pas mettre en oeuvre une recette et risquer de la rater
alors...
où acheter une peinture à l'ocre prête?
existe -t-il aussi des peintures semblables dans d'autres colorations(bleus et verts des nuanciers des caue)

merci

Écrit par : saudrais | 27/07/2011

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Saudrais,

Tu trouveras de la peinture rouge de falun sur le site http://www.maison-ecolo.com/boutic/bou_list.cgi?codefam=pei&codesfam=peipa&lang=

Bonne peinture,

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 27/07/2011

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Caséo,

Merci pour ta réponse. Pourrais-tu préciser le lien « en bas de l’article » ?

Concernant la peinture sans huile de lin, le lycée ou je travail dans le domaine du bois dans le bâtiment réalise un échange avec la Finlande depuis 15 ans environs. La recette de la peinture transmise est la suivante :

- 50 l d’eau
- 2 kg de sulfate de fer
- 4,5 kg de farine de seigle fine
- 8 kg d’ocre rouge de falun

Faire bouillir les 50 l d’eau. Ajouter les 2 kg de sulfate de fer et les 4,5 kg de farine de seigle. Faire boullir pendant au moins 30 minutes. Verser les 8 kg d’ocre rouge de falun. Remuer (attention, cela pique les yeux). Faire cuire à feu doux pendant 2h tout en remuant. Si la peinture est trop épaisse, la mélanger avec de l’eau salée. Si on n’utilise pas toute la peinture, verser pour la conserver un peu d’eau salée sur le restant.

Peut-être qu’il y a une erreur dans la transmission de la recette. As-tu la recette originelle et comment la modifier légèrement pour se rapprocher des qualités de l’ocre du rouge falun avec un autre ocre ?

Merci

Bonne soirée

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 28/07/2011

Répondre à ce commentaire

Le lien dont je parlais est à la fin de l'article de wikipedia que vous citiez ;-)
La recette se trouve ici http://www.falurodfarg.com/eng/product-information/falu-rodfarg-powder/
Une pub en français sur la peinture prête à l'emploi là http://www.falurodfarg.com/eng/files/2011/04/FR-Broschyrblad-011-Fra.pdf
Et la décourageante FDS ici http://www.falurodfarg.com/eng/files/2011/04/Safety-Data-Sheet-FR-08_ny-bild.pdf qui montre bien la toxicité de la peinture !!!

Écrit par : caseo | 28/07/2011

Répondre à ce commentaire

Oups j'ai oublé une partie de la question. Concernant les amélioration c'est au début de cette page !!!

Écrit par : caseo | 28/07/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour Caséo,

Encore merci pour ces précisions, je vais donc mettre de l’huile de lin. Concernant l’amélioration de la tenue de la peinture, au début de cette page tu précise que la différence essentielle entre le rouge Falun et les autres ocres est la présence d’oxyde de cuivre, de zinc ... et de plomb. Serait-il judicieux d’ajouter en faible quantité (si oui laquelle ?) du sulfate de cuivre et de zinc (disponible dans les établissements Dousselin). Je pense qu’il est préférable de laisser de coté le plomb.

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 28/07/2011

Répondre à ce commentaire

Très, très bien ce blog. Mais après avoir tout lu, je ne sais plus quoi penser.
Une petite synthèse des interventions décisives serait bien utile.

Écrit par : jacqueline | 29/07/2011

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Jacqueline,

La proposition est très intéressante et... pourrai faire l'objet d'un nouveau livre.

La problématique réside surtout dans le support et l'analyse des besoins. Les solutions techniques sont souvent multiples. Concernant la peinture à l'ocre, idem. Quel est mon support ? Quel résultat je souhaite ?

@u plaisir de vous lire.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 29/07/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Suite aux différentes informations collectées, je pense réaliser la recette suivante :

Souligné : modifications personnelles

Ingrédients:

33 litres d'eau
2,5 kilos de farine de seigle tamisée
10 kg pigment
1 kg de sulfate de fer
50 g de sulfate de cuivre (La fiche de sécurité parle de combinaison inorganique de 0,24 % de 10 kg, soit 24g, par ailleurs, ce produit n’est pas très actif)
50 g de sulfate de zinc (même remarque)
4 kg d'huile de lin
0,4 kg de savon noir (site des comptoirs de Saint Jacques)

Recette pour préparer 50 kg de Rouge de Falun (suffisant pour couvrir 150 mètres carrés)

Préparation:

Apportez 28 litres d'eau à ébullition.
Incorporer la farine dans 5 litres d'eau et remuer jusqu'à ce qu'elle soit dissoute.
Faire bouillir, en remuant occasionnellement, pendant 15 minutes.
Ajouter le pigment, le sulfate de fer, de cuivre et de zinc.
Faire bouillir, tout en continuant de remuer, pendant 15 minutes.
Ajouter l'huile de lin.
Faire bouillir 15 minutes de plus, tout en remuant.
Ajouter un peu d'eau savonneuse peut-être, pour améliorer l'émulsification de l'huile de lin.
Diluer avec de l'eau si la peinture est trop épaisse.
Si on n’utilise pas toute la peinture, versez pour la conserver un peu d’eau salée sur le restant.
La peinture doit être conservée à l’abri du gel pendant un an maximum.

Je rappelle les sites qui me semblent les plus intéressants :

http://www.comptoirsaintjacques.fr/content/8-peinture_au_ble : Quantité de savon noir et vidéo
http://www.dousselin.fr/ : Sulfates et ocres
http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.falurodfarg.com%2Feng%2Fproduct-information%2Ffalu-rodfarg-powder%2F&sl=en&tl=fr&hl=&ie=UTF-8 : traduction google du site « Falu Rödfärg » fabricant de la peinture rouge de falun
http://www.falurodfarg.com/eng/product-information/falu-rodfarg-powder/ : Recette de la peinture rouge de falun
http://www.falurodfarg.com/eng/files/2011/04/FR-Broschyrblad-011-Fra.pdf : conseils de mise en œuvre de la peinture rouge de falun.
http://www.falurodfarg.com/eng/files/2011/04/Safety-Data-Sheet-FR-08_ny-bild.pdf : FDS (fiche de sécurité) qui montre la toxicité de la peinture rouge de falun.

Quelques précautions pour augmenter la durée du film de peinture

La couleur que j’ai sélectionnée est terre de sienne naturelle. Je pense qu’il est préférable de prendre une couleur moyennement foncée, les couleurs claires sont plus sensibles aux UV et les très foncées captent la chaleur, provoquent des variations dimensionnelles du bois plus importantes ce qui peut craqueler le film de peinture.

Autres précautions pour obtenir une finition de longue durée, un débord de toiture de plus de 50 cm et une distance du bois au sol fini de plus de 20 cm, l’application de la peinture sur un bois sec et scié (donc non raboté), avec si possible les angles vifs cassés (un coup de papier de verre). Pour du neuf, l’application de la première couche en atelier, éviter un soleil trop violant lorsque la peinture est appliquée en extérieur pour obtenir un séchage lent...

Si vous pouvez apporter ou retirer de l’eau à mon moulin…

Écrit par : BENOIT | 06/08/2011

Répondre à ce commentaire

Remplacer l'"huile de lin" classique (type grande surface) par de l'huile de lin cuite me semble aussi une modification nécessaire de la recette, on en trouve assez facilement d'ailleurs sur Internet (oléobois.com notamment pour un prix correct).

Écrit par : Thomas Picard | 06/08/2011

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup Benoit pour cette synthèse et les nombreux liens qu'elle comprend.

Sinon, les proportions me semblent correctes. C'est pour quel support déjà ?

Actuellement, je teste la peinture à l'ocre sur plaque de Fermacel. Le résultat est très intéressant : voici une petite note là dessus ( http://pise.hautetfort.com/archive/2011/08/07/finitions-a-la-chaux-et-a-la-peinture-a-l-ocre.html#more ) mais je pense en écrire une plus longue concernant le couple : "plaque de Fermacel et peinture à l'ocre"

Écrit par : Thierry Baruch | 07/08/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Merci pour ces précisions. Le support est un bardage en épicéa. Je pense appliquer la peinture à la fin du mois, une première couche diluée à 10%, appliquée par trempage. Un bac est facilement réalisable en vissant 4 planches légèrement plus grandes que les lames de bardage, 1 de chaque coté et 2 pour le fond pour obtenir une largeur plus importante que les lames de bardage afin de permettre l’égouttage de la lame trempée. L’étanchéité est assurée par une bande de film plastique assez résistant, de la qualité pour une serre par exemple. Pour éviter les traces lors de l’égouttage et du séchage je positionnerais 2 petites vis (ou pointes) en bout des lames afin de les suspendre sur le bac pour l’égouttage puis sur un autre support pour le séchage.

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 07/08/2011

Répondre à ce commentaire

Hou la la vous allez au devant d'une belle somme d'emm.... La viscosité de cette peinture n'est pas du tout adaptée à un traitement par trempage !!!!
Excusez moi mais ça devient n'importe quoi. Ceci étant dit c'est en forgeant que l'on devient etc ...

Écrit par : caseo | 07/08/2011

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec Caseo. Cette peinture est très épaisse. Je viens d'en faire ce matin. Le recouvrement devrait avoisiner les 300 microns. Un bon spalter ou une brosse à badigeon permet d'aller assez vite et de manière sûre.

De plus, par trempage, vous risquer d'en mettre pas mal dans les feuillures et bonjour la galère pour ne pas dir les emm... lors de la mise en oeuvre du bardage.

Écrit par : Thierry Baruch | 07/08/2011

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

Je n’ai pas encore réalisé cette peinture, sur le site du fabricant « Falu Rödfärg », on peut la passer au pistolet lorsqu’elle est diluée de 10 à 20% avec de l’eau. Peut-être que la viscosité est compatible pour le trempage. L’avantage du trempage, la rapidité de mise en œuvre, la quantité régulière de peinture, surtout en bois de bout, le traitement des 6 faces qui permet de limiter les variations dimensionnelles et une première couche qui pénètre dans le bois. Je passerais la deuxième couche non diluée une fois le bardage posé. Je n’aurais pas de problème de feuillure car mon bardage est de la planche posé à clin. Par contre la couleur doit être sur la partie du clin recouverte pour garder l’uniformité lors du retrait du bois. Si la viscosité reste trop importante malgré la dilution, ce sera la brosse…

Merci

Yves BENOIT

http://www.falurodfarg.com/eng/painting-advice/brush-or-spray-method/

Écrit par : BENOIT | 07/08/2011

Répondre à ce commentaire

Tout à fait d'accord avec les avantages que tu décris concernant le trempage.
Cependant attention, la peinture à l'ocre n'est pas la peinture de Falun, même si nous tentons de nous en approcher.
Ce qui est sûr, c'est qu'il faudra la diluer. Je ne pourrai te conseiller sur le pourcentage. Vu la grande quantité que tu mettre en oeuvre, je pense que tu vas procéder par échantillonnage, non ?
Je l'ai déjà utilisé de manière dilué et on peut obtenir un effet lasuré. Par contre, si cette peinture est trop dilué, je crains qu'elle perde une grande partie de ses propriétés, en particulier en étant davantage sujet aux UV.
Bref, tu l'auras compris, je serai davantage pour la version brosse que trempage. ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Entièrement d’accord avec tes remarques. Je pense réaliser la première couche par trempage pour obtenir les avantages de ce procédé et la deuxième couche avec une brosse, sur le bardage mise en œuvre et avec une peinture non diluée pour obtenir un extrait sec important sur le bois. Sur le site du fabricant, il y a une photo qui montre en effet un aspect lasuré. Je ferais des essais de dilution, mais les 10-20% conseillé par le fabricant me semble raisonnable.

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

Pourquoi pas mais tu feras tremper ton bardage dans quoi finalement ?

Si tu as des photos, un site, un blog pour montrer la mise en oeuvre, ça serait super non ?

Écrit par : Thierry Baruch | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

Yves, faites un essai en réalisant 1 litre de peinture et en trempant des échantillons et vous comprendrez mieux que vous perdez votre temps à aller dans cette voie. Le revêtement par trempage est une technique particulière qui nécessite un produit à la viscosité adaptée et une mise en oeuvre spécifique. Il ne suffit pas de "tremper" la pièce dans un bain de peinture il faut la descendre à vitesse régulière dans le bain et la sortir à vitesse tout aussi régulière pour avoir un film de peinture régulier et homogène.
Que cherchez vous à faire ? économiser du temps ? améliorer la tenue ? Dans les deux cas ce n'est pas la bonne solution mais je pense qu'il faut que vous vous en rendiez compte par vous même !

Écrit par : caseo | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

Je partage tout à fait les remarques de Caséo. J'ai "réparé" ce matin une bande de joint entre plaques de Fermacel. J'ai utilisé de la peinture à l'ocre avec une technique à l'éponge. Soit elle est très épaisse et très couvrante mais elle peut être liquide avec trace de coulure.
Bref, le trempage me semble vraiment trop délicat avec cette peinture.
Ceci étant, en tant qu'instit adepte de la pédagogie Freinet je dirai : rien de tel que le tâtonnement expérimental...

Écrit par : Thierry Baruch | 08/08/2011

Répondre à ce commentaire

Je viens de finir un petit article sur la peinture à l'ocre sur plaque de Fermacel. J'ai eu quelques soucis au niveau d'un joint entre 2 plaques. Vous trouverez plus de précisions sur Epizébo : http://pise.hautetfort.com/archive/2011/07/29/peinture-a-l-ocre-sur-plaque-de-fermacell.html

Écrit par : Thierry Baruch | 09/08/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour, je voudrais savoir si le fait de peindre l'intérieur de sa maison avec les préparation à base d'ocre est répulsif pour les mouches ? car j'en ai beaucoup et j'aimerai trouvé la parade, quitte à refaire tout mon intérieur.
merci et à bientôt
S. SIMON

Écrit par : SIMON | 15/09/2011

Répondre à ce commentaire

Pour répondre à S. SIMON concernant les mouches, faut pas rêver : non cette peinture n'a absolument pas d'effet répulsif vis-à-vis des mouches. On s'en est servi pour repeindre les poutres du plafond chez nous, et on a tout le temps des mouches sur les poutres, ça n'y change absolument rien.

Pour le reste, je voudrais signaler pour info que pour ma part, j'ai été très déçu par la tenue de cette peinture. Je sais que pour certains elle tient très bien, mais il me semble que contrairement à l'effet de mode qui veut qu'on s'en serve partout, il serait bon de retenir que c'est une peinture qui est conçue pour peindre des bardages en sapin brut non raboté. Les fabricants de la fameuse peinture de Falun disent eux-même qu'elle n'est recommandée sur aucun autre support. Même dans les maisons traditionnelles scandinaves, on ne s'en sert que pour le bardage : les menuiseries sont peinture (traditionnellement) avec une peinture à l'huile de lin.

Alors arrêtons le délire : pourquoi vouloir utiliser cette peinture à des fins pour lesquelles elle n'est tout simplement pas adaptée? Oui, elle est "écolo", mais pas plus que la peinture à l'huile de lin par exemple, ou d'autres peintures naturelles. Pourquoi cet engouement pour la peinture de Falun (modifiée en plus, donc on n'a absolument aucun recul sur la tenue long terme) ?

Pour ma part, c'est une peinture que je trouve agréable à faire et à utiliser et que je trouve sympa sur des supports bruts, mais bof sur des supports genre menuiserie où elle donne un aspect mat et rugueux.

Écrit par : Jonathan Neve | 24/11/2011

Je ne pourrai rien affirmer mais qu'émettre des hypothèse :
- S'il y a du sulfate de fer : je pense que oui mais cela reste vraiment à vérifier. Ce qui est sûr, c'est que la fenêtre du T2 est constamment ouvert et que nous n'avons pas de mouche. Ceci dit, j'écris actuellement du jardin et je n'ai pas de mouches non plus...

Il serait intéressant de comprendre le pourquoi de la présence importante de mouches, non ?

Écrit par : Thierry Baruch | 15/09/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour, et merci a tous pour vos bons conseils.Ma question est simple:je voudrais repeindre l'interieur de mon camion aménagé avec de la peinture a l'ocre, dois-je mettre le sulfate de fer dans la composition?n'est il pas nocif pour une peinture intérieure?

Écrit par : guillaume | 19/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J’ai des photos de la réalisation de ma peinture à l’ocre sur du bardage, pourrais avoir la procédure pour les partager avec des commentaires ?

Yves BENOIT

Écrit par : Yves BENOIT | 19/09/2011

Répondre à ce commentaire

Génial, je suis partant pour ce partage d'expérience aussi rare que précieux.

Concrètement j'aurai besoin de ton mail pour te créer un compte d'auteur dans le blog.
Sinon, tu peux m'envoyer un .pdf ou un document word .doc et je mettrai ton article (signé Yves Benoit bien sûr).

Si tu vois une autre solution, je suis également preneur.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 19/09/2011

Répondre à ce commentaire

Voici mon mail yy.benoit@orange.fr

Écrit par : Yves BENOIT | 19/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J’ai précisé des informations sur le blog : http://www.formaterre.org/archive/2011/09/20/peinture-a-l-ocre-sur-du-bardage.html

Yves BENOIT

Écrit par : Yves BENOIT | 21/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

la peinture ocre peut elle s'appliquer sur un bois en partie poncé qui à l'origine a reçu une lasure non aqueuse ?

Merci de votre réponse

Écrit par : florence | 30/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

la peinture ocre peut elle s'appliquer sur un bois en partie poncé qui à l'origine a reçu une lasure non aqueuse ?

Merci de votre réponse

Écrit par : florence | 30/09/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Voici un lien avec quelques éléments de réponse

http://www.falurodfarg.com/eng/files/2011/04/FR-Broschyrblad-011-Fra.pdf

Yves BENOIT

Écrit par : Yves BENOIT | 01/10/2011

Répondre à ce commentaire

Sur Epizébo Thierry dit que la peinture à l'ocre peut s'utiliser sur divers supports. Mais tout le monde parle de bois, avec un seul essai sur les plaques en fermacell....

Est-ce que je peux tenter sur des murs en plâtre ? Ils ont été tapissés, mais je suis en train de les nettoyer (de l'ancienne colle) et de reboucher les trous à l'enduit. Est-ce que j'aurais besoin d'une sous couche avant d'essayer la peinture à l'ocre ?

Et pour rester simple ça m'irait bien de ne pas décaper les portes qui donnent sur le couloir et sont peintes à la glycéro (en marron triste): je pourrais utiliser aussi la peinture à l'ocre sur ces boiseries et l'encadrement métallique... Est-ce que ça vous semble correct ?

Écrit par : lyjazz | 09/10/2011

Répondre à ce commentaire

Je ne vois pas pourquoi, ça ne fonctionnerait pas sur plaque de plâtre. Il s'agit d'un support poreux. Le seul souci concerne les joints. La colle à joint est sûrement moins poreuse (à vérifier) et il risque d'y avoir une différence. J'ai eu ce souci avec une bande entre 2 plaque de Fermacell.

Par contre, un bois recouvert d'une peinture à la glucero n'est plus vraiment poreux. Là, ça me semble très difficile pour la peinture à l'ocre. Elle a quand même ses limites. :-)))

Écrit par : Thierry Baruch | 09/10/2011

Répondre à ce commentaire

Ici ce n'est pas des plaques de plâtre, mais du plâtre enduit partout sur les murs : donc pas de joints. Juste des cornières métalliques qui pourraient affleurer, ET la peinture glycéro que les ouvriers avaient mis en larges bords autour des encadrements de portes, et sur les murs aussi : ils ont essuyés leurs rouleaux et pinceaux :-(( , pas malin ces gars en 1964 ! et surtout pas facile de poncer des murs en habitant dedans...
Bon, alors pour les portes j'ai le choix : poncer et décaper, ou bien peindre à la laque (biofa ou autre). Merci encore !

Écrit par : lyjazz | 09/10/2011

Répondre à ce commentaire

bonjour,
nous avons utilisé la recette de TERRE ET COULEUR Pour peindre le "plancher" de notre futur maison en paille...
nous allons aussi l'utiliser pour la palissade bois et le bardage de notre garage.
nous verons ainsi la durabilité de cette peinture.
à suivre...

Écrit par : steph | 21/11/2011

Répondre à ce commentaire

Je partage en effet certains commentaires de Jonathan. Cette peinture a besoin d'un support poreux. Si elle est utilisé sur un bois lisse (raboté, poncé), elle adhérera moins bien. Par contre sur un bois raboté ou sur Farmacel : pas de problème.

Écrit par : Thierry Baruch | 24/11/2011

Répondre à ce commentaire

Peut on exécuter une peinture à l'ocre à base de caséine. Celle ci a traditionnellement une tenue particulière sur bois mais est elle utilisable à l'extérieur et selon quelle recette?
Peut elle être émulsionnée à l'huile?
Merci pour les précisions.Ocre jaune, rouge et terre verte ont elles les mêmes qualités de tenue? Lise

Écrit par : lise parramon | 07/12/2011

Répondre à ce commentaire

Je donnerai volontiers la parole à mister Caseo dont c'est la spécialité.

En attendant, voici la mienne :
A priori, je ne pense pas que la peinture à la caséine soit utilisable à l'extérieur car la protéine du lait devrait réagir à l'eau. Ceci étant pourquoi souhaitez-vous ajouter de la caséine à cette recette ? Pour les couleurs, c'est la réactions aux UV qui est différentes. Le rouge tiendra mieux dans le temps que le jaune.

Écrit par : Thierry Baruch | 07/12/2011

Répondre à ce commentaire

Effectivement aucun intérêt !

Écrit par : caseo | 07/12/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjours, j'ai un bardage en pin non raboté sur 2 facades de ma maison qui represente 70m², combien de peinture a l'ocre me faut il pour le traiter ?
je compte utiliser la recette donné en haut du blog, merci.

Écrit par : gseize | 21/12/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour, je m'apprete a peindre le bardage de ma maison neuve avec de la peinture a l'ocre. Le vendeur m'a conseillé de ne pas cuire les ocres, de les ajouter a la fin pour éviter une modification des couleurs. A t il raison?? Est ce possible?

Écrit par : BONNAUD | 25/03/2012

Répondre à ce commentaire

Votre vendeur a raison ... si vous dépassez 280° C votre oxyde de fer jaune commencera à rougir ... jusqu'à 600° C et au delà il noircira. Si vous utilisez un ocre rouge clair vous êtes tranquille jusqu'à 400°-500°C !!!
Compte tenu de la recette à l'ocre, vous n'avez donc aucun risque de modification de la couleur ... s'il s'agit bien d'ocre naturelle dont la couleur est donnée par de l'oxyde métallique (fer pour le jaune, rouge etnoir ainsi que les couleurs intermédiaires)

Écrit par : caseo | 25/03/2012

Bonjour,

Concernant la couleur. Il suffit de faire un essai, une fois la peinture réalisée, non ?

Personnellement, je préfère "cuire" (il s'agit de faire chauffer pendant 15 minutes, je ne pense pas que l'on puisse parler de "cuisson" des ocres -> four à plus de 1000 degrés).

Pour finir, je n'ai pas noté de changement sur le forget comme sur les volets (peint il y a 2 ans maintenant).

Donc, en conservant toujours une part de doute, je ne partagerai pas cette opinion et donc ne modifierait pas la recette.

Cordialement,

Écrit par : Thierry Baruch | 25/03/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, tout à fait casé. Il est donc très peu probable de dépasser 280°C en réchauffant pendant 15 minutes les ingrédients de la peinture à l'ocre. :-)

Encore merci Caséo pour tes commentaires

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 25/03/2012

Répondre à ce commentaire

Merci a tous pour votre réponse sur le changement eventuel des couleurs après chauffage. Ma demande était surtout pour le vert anglais de Chauvin.

Écrit par : Boonaud | 29/03/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour j'ai voulu réaliser de la peinture à l'ocre grise en suivant la recette, le produit final est plutôt couleur terre. Et le pouvoir couvrant est très faible sur les volets avec une transparence persistante.
Est ce lié à l'ocre grise, ou y a t'il une erreur dans la préparation:
3,2 l d'eau pour 260g farine+ 1kg ocre + 100 g sulfate de fer + 400 ml huike de lin et 40 ml savon liquide.
Merci de votre attention.

Écrit par : Dan | 19/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les proportions sont bonnes. Par contre, au vu de votre commentaire, j'ai l'impression que le support était une peinture glycero, ce qui expliquerait que la peinture glisse, d'où votre impression de transparence.

Quant à la couleur. Pour obtenir du gris, il "suffit" de mélanger les couleurs primaire en quantités égale. Si vous souhaitez un gris coloré, il faudra prévoir un peu plus de l'une des 3 couleurs primaires.

Écrit par : Thierry Baruch | 19/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour, nous souhaitons repeindre les lambrequins et sous-pentes de toit de notre maison dans leur couleur d'origine, rouge foncé/brun. Mais pas sûrs que la peinture d'origine ait été à l'ocre... J'étais convaincue après avoir lu le site de Terre et couleurs, mais je suis un peu inquiète après avoir consulté votre site sur la tenue (dans le temps) de ce type de peinture...
La maison fait 4 étages et nous attendons l'échafaudage lors de la réfection de la toiture pour repeindre... Donc impensable de repasser une couche au bout de 2 à 5 ans !!
Pouvez-vous m'éclairer ?
Une dernière question, nous avons démonté quelques lambrequins et les ponçons pour ôter les restes de peinture existante. Mais de viens de lire que la peinture à l'ocre nécessitait une surface un peu rugueuse ?
Merci beaucoup pour vos renseignements.

Écrit par : Aurélie CUNY | 19/04/2012

Répondre à ce commentaire

et juste, au passage, un grand merci pour avoir passé autant de temps pour informer d'autres gens sur le sujet !

Écrit par : Aurélie CUNY | 19/04/2012

Répondre à ce commentaire

Le type et la qualité du support sont une donnée essentielle. Si le support n'est pas poreux (peinture glycéro par exemple), la peinture à l'ocre ne pourra pas pénétrer et glissera. Vous aurez alors l'impression de passer une peinture non couvrante et non pénétrante. J'ai l'impression que c'est ce qui est arrivé à Dan (commentaire juste avant le vôtre).

Dans votre cas de figure, je passerai 3 couches pour être plus tranquille.

Quant à la durée exact dans le temps, je pense que personne ne pourra vous la donner. Cela dépend de l'orientation de votre façade. Si elle est plein sud, les rayons de notre cher soleil attaqueront la peinture qui résistera un certain nombre d'année. Si elle est plein Ouest, c'est dame Pluie qui agressera la peinture...

Pour finir, si c'est en toiture. Il s'agit d'une partie protétée, non. Un peu comme le forger que nous avons peint il y a 2 ans et qui n'a pas bougé.

Écrit par : Thierry Baruch | 20/04/2012

Répondre à ce commentaire

Désolée de n'avoir pas remercié, je suis en panne d'ordinateur à la maison. En fait, le bois que nous devons peindre n'est pas très protégé, car les lambrequins dépassent sous le toit (si toutefois vous l'ignorez, les lambrequins, c'est la frise en bois qui tombe sous le toit avec une forme de pique, donc en plein vent, en pleine pluie et en plein soleil !).
Mais je vais faire comme vous dites et passer 3 couches. Je vous donnerai des nouvelles pour les amateurs suivants...
Merci beaucoup pour vos réponses et bonne continuation.

Écrit par : Aurélie Cuny | 02/05/2012

J'oubliais, votre dernier commentaire m'a fait très plaisir. C'est vrai que les techniques que je qualifie d'"éconologiques" sont devenues une passion et la peinture à l'ocre en fait bien sûr partie.

Joyeuses peinture sur votre grande maison ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 20/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour et merci pour votre réponse, en effet les volets étaient recouvert d'une peinture glycero avec une sous couche antirouille et malgré décapage , la peinture accrochait mal.Je vais renouveler plusieurs couche jusqu'a la teinte voulue.
Bravo pour votre forum

Écrit par : Dan | 22/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour et merci pour votre commentaire.

Cependant, je ne veux pas être de mauvais augure mais si votre surface de référence n'a pas suffisamment d'accroche, je crains que le résultat ne dure pas dans le temps.

Désolé, mais dans ce cas, il faudrait enlever toute la peinture par décapage complet (bain d'acide). Il y a des boutique qui font cela pour pas très cher.

La solution intermédiaire, que je n'ai pas testée serait, peut-être d'ajouter de la résine dans la peinture (auquel cas, notre peinture ne serait plus perspirante) en ajoutant par exemple du sikalatex. Mais bon, cette solution est vraiment à envisager en dernier recours et en plus non garantie.

Écrit par : Thierry Baruch | 23/04/2012

Répondre à ce commentaire

J'ai bien lu vos conseils, j'ai décapé certains volets et l'acroche de la peinture est nicel, sur d'autres volets j'avais déja passé 3 couche de peinture et au final j'ai obtenu la teinte voulu.
Je dois avouer que sur ce volet je n'ai pas eu le ,courage de tout redecaper, le temps me dira si j'ai eu tort...
Merci encore et continuer ce site est super
cordialement
Dan

Écrit par : Dan | 29/04/2012

Répondre à ce commentaire

C'est avec grand plaisir que je partage cette passion.

Au plaisir de lire vos prochains commentaires.

Bonne semaine,

Thierry Baruch

Écrit par : Baruch | 29/04/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je vais peindre mon bardage neuf en utilisant ce procédé. J'ai tous les composants, par contre j'ai un doute sur le sulfate ferreux que j'ai trouvé en mag. de jardinage.
Il 'agit bien de cristaux verdâtre (quoique clair : correspond environ à cette couleur : http://img.alibaba.com/photo/104737008/Ferrous_Sulphate_FeSo4_.jpg)
Et puis sur l'emballage je vois la formule FeSO4 7H2O : Je ne sais pas si ce 7H2O est gênant ou pas...

Merci d'avance pour votre aide !

Écrit par : roddy | 15/05/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Le sulfate ferreux vendu en jardinerie n’est pas dans un emballage étanche. Il est donc probablement oxydé. Je pense qu’il est préférable de l’acheter chez un spécialiste, comme les établissements Dousselin qui sont très serviable.

Yves BENOIT

Écrit par : BENOIT | 16/05/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Yves,

Merci pour ton retour.
Dans le doute je vais peut être faire ça effectivement.
Sinon je profite de ta présence : J'ai lu avec intérêt ta procédure de pré-peindre les lames avant de les poser, je compte faire pareil.
Concernant le résultat plus globalement sur ton bardage, est tu toujours satisfait de cette peinture ocre maintenant que le temps a un peu passé ?

Écrit par : roddy | 18/05/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour
J aimerai savoir si je peux utiliser cette recette pour peindre un sol en ciment..
merci de vos conseils.
Cordialement
Claudine Quersin

Écrit par : claudine | 21/05/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Roddy,

La peinture tient bien sur le bardage, mais elle a moins d’un an.

Cordialement,

Écrit par : Yves BENOIT | 21/05/2012

Répondre à ce commentaire

Je pense que la peinture pénétrera dans le ciment qui est un matériel poreux. Par contre, je ne pense pas qu'elle résistera à l'abrasion due aux pas...

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 21/05/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Peinture réalisée ce soir, demain je peint mon poulailler ! J'ai réalisé la moitié de la recette pour voir ce que ça pouvait donner. La peinture est épaisse, j'y ai mis de l'huile de lin et du savon noir et un peu moins de fer qu'indiquer sur la recette.

L'ocre je l'ai trouvé sur le site magellan.

A bientôt ! et encore merci pour cette recette.

Écrit par : charlotte | 21/05/2012

Répondre à ce commentaire

Pour info, J'ai trouvé la raison du H2O du sulfate de fer. Je cite :
"peut être soit anhydre (libre de toute molécule d'eau), soit hydraté. C'est la forme hydratée, que l'on appelle aussi cristallisée, qui est la plus employée. En effet chaque molécule de sulfate de fer (II), en cristallisant, capture sept molécules d'eau : on parle de sulfate ferreux heptahydraté (FeSO4.7H2O)"

"Le sulfate ferreux se présente sous forme de petits cristaux verts à l'état hydraté, et d'une poudre blanchâtre à l'état anhydre"

"on préfère utiliser le cristal de sulfate ferreux, qui s'oxyde beaucoup moins rapidement que la solution"

Voila c'est donc tout à fait normal ce H2O en bout de formule, je rajoute que celui que j'ai trouvé en mag. de jardinage est dans un paquet plastifié étanche. (il est bien vert)....Si ca peut aider, a+

Écrit par : roddy | 22/05/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'habite au Québec, et je viens de voir sur TV5 Monde une émission des Racine et des Ailes parlant de la peinture à l'ocre. Avec les températures très froides que nous avons ici, je me demandais si je pouvais repeindre ma terrasse extérieure avec une peinture à l'ocre et si oui est-ce que la durée de vie de la peinture sera supérieure à la teinture habituelle qui tient environ deux ans. Merci bien

Écrit par : Chantal | 14/07/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je pense que la température très froide n’affecte pas la peinture car elle provient des pays nordiques. Par contre ce n’est pas sur qu’elle résiste à l’abrasion provenant de la circulation sur la terrasse. Il serait intéressant de peindre un panneau constitué de quelques planches afin de mettre en situation la peinture et de la comparer à la peinture traditionnelle au bout de 2 ans. Cela permettra de prendre une décision avant de repeindre la terrasse complètement.

Écrit par : BENOIT | 14/07/2012

Bonjour,

Je suis en train de peindre mon bardage avec recette de terre et couleur, par contre je suis embêtée avec ma conservation de mes 180l. Je peint au fur et à mesure mes 300 m2 de bardage mais malgré un peu d'au salé ajouté et un film protecteur, elle "bulle" beaucoup et une mauvaise odeur commence à apparaitre. Comme si elle pourrissait déjà au bout de 4 jours. Avez vous déjà rencontré cela ? une suggestion ?

Écrit par : roddy | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

C'est absolument normal. La farine mélangée a de l'eau est très fermenticible. Si on ajoute des terres qui ne sont pas stérilisées cela donne en outre un excellent bouillon de culture pour microbes et bactéries diverses. Si le temps est un peu à l'orage la peinture peut "tourner" en moins de 24 heures!
Désolé ...

Écrit par : caseo | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

Merci de la réponse rapide.Ok, pour l'expliquation avec farine. Comment du coup certains peuvent parler (y compris ci dessus) de conservation de plusieurs semaines, mois ,année ?
Il y a une technique de conservation ?
Sinon, le fait qu'il y ait une réaction chimique n'a pas l'air de modifier l'accroche de la peinture...Est ce que je peux continuer sereinement ?

Écrit par : roddy | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

Je comprends tout à fait la remarque de Caséo. C'est pour cela qu'en pratique, j'ai toujours mis un polyane sur le reste de la peinture. De plus je tapote ce polyane pour chasser le maximum d'air. Ensuite je ferme le bidon avec le couvercle.

Dans votre cas, si l'odeur a commencé. Cela signifie qu'il y a déjà un "bon" début de fermentation. Personnellement, je ferai peu de peinture à la fois (5 kg par 5 kg). A moins que vous soyez un grand nombre de personne. Comme un chantier participatif, par exemple ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

Je ne connaissais pas l'ampleur de ce pb : mais à l'origine c'est le temps à passer à chaque préparation qui m'a fait aller vers une grosse production.Vu le temps de préparation de la peinture à chaque fois, ,il faudrait répéter cette préparation de peinture...64 fois dans mon cas avec des doses de 5kg (4 couches sur 320 m2). De quoi dissuader d'utiliser cette belle peinture :-(
Bref...la question suivante qui est peut être pas évidente est : Est ce que cette fermentation remet en cause d'une manière importante les propriétés de la peinture ?

Écrit par : roddy | 19/07/2012

Répondre à ce commentaire

Personnellement, j’ai réalisé 70 l de peinture en août 2011, il m’en reste plusieurs litres intacts. Peut-être vous pourriez essayer de la recuire (quelques litres)…

Écrit par : BENOIT | 20/07/2012

Répondre à ce commentaire

Bonne idée , ca : La recuire. Je cours pas grand risque à réchauffer à feux doux le tout. Je vais tenter ca ce we.

Écrit par : roddy | 20/07/2012

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il faut une recuite en faisant bouillir la peinture

Écrit par : BENOIT | 22/07/2012

Répondre à ce commentaire

Bon, apres avoir enlevé le plastique ce dimanche, force est de constater que les réactions constatés ci desssus ont largement diminué : plastique pas bombé, beaucoup moins de bulles et une odeur moins désagréable. Qu'est ce qui s'est passé pour stabiliser le tout ? Bonne question. Peut être une réaction décalé de plusieurs jours à l'apport de sel qui aurait détruit des bactéries/calmé les réactions chimiques? Donc changement de plan : Je vais terminer de peindre mes lames au plus vite...A suivre.

Écrit par : roddy | 22/07/2012

Répondre à ce commentaire

la peinture à l'ocre peut elle servir à teindre les cheveux ?,peut elle servir de vernis à ongle bio ? est-elle comestible? ,
Est ce que je peux repeindre ma vieille barque de bois?(en plus dans l'eau de mer elle se conservera plus longtemps!!°)...........etc etc ...Peut être qu'il faudrait tout simplement respecter la formule suédoise avec le rouge de falun (obligatoire).Sinon vous pouvez tjs vous former avec un professionnel qui vous expliquera tout cela en détail dans un site exeptionnel au milieu des ocres à Roussillon en Provence:www.okhra.com
allez consulter ce site et découvrir Ôkhra......une histoire de couleur

Écrit par : feraud | 28/07/2012

Répondre à ce commentaire

En effet, je suis allé visiter les différents sites dévoilant les beautés des ocres. C'était aussi impressionnant que magnifique. Quant à Ôkhra, j'ai beaucoup apprécié ce centre doté d'une super librairie et proposant des formations intéressante.

Par contre, faire de la peinture à l'ocre avec le rouge de Falun n'est pas vraiment obligatoire. Le rouge proposé justement par Ôkhra peut très bien faire l'affaire, non ? (ce rouge étant moins résistant que le rouge de Falun mais ne comprend pas de plomb...)

Quant aux questions qui peuvent sembler étrange... Cette peinture semble tellement magique que les questions "surréalistes" ne m'étonne plus.

Donc pour le vernis à ongle... :-)

Écrit par : Thierry Baruch | 28/07/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je me trouve face à un petit problème, j'ai peint un abris de jardin avec de la peinture de falun et maintenant je voudrai peindre les menuiseries dans une nuance plus claire de la même base de peinture. Que dois-je ajouter pour éclaircir la teinte? Quel produit(blanc d'espagne ou autre)?

Merci par avance

Écrit par : loïc GOUDE | 20/08/2012

Répondre à ce commentaire

Passer au moins 2 autres couches avec de l'ocre jaune clair par exemple, non ?

Par contre, plus la couleur est clair moins elle sera résistante aux UV.

Écrit par : Thierry Baruch | 20/08/2012

Répondre à ce commentaire

Merci pour la réponse,
Je pense qu'un ajout de jaune aboutirai à une nuance que je ne recherche pas. Je préfèrerai ajouter du blanc, est-ce possible?
Sinon je ferai un essai.
Cette partie est exposée est/sud/est donc pas trop d'UV sauf le matin quand le soleil est bas.

Écrit par : loïc GOUDE | 21/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Si vous souhaitez du blanc, il serait bien plus facile, plus simple, plus durable et plus joli de faire une peinture à l'huile de lin. Il suffit de mélanger un peu de pigment blanc avec de l'huile de lin, en écrasant soigneusement le pigment pour éviter les grumeaux. On rajoute l'huile petit à petit pour faire d'abord un pâte puis une peinture épaisse. On l'applique ensuite en couches les plus fines possibles (en tirant le plus possible sur le pinceau), sinon ça met trop de temps à sécher. Attendre ensuite au moins 24 à 48 heures, et refaire une couche, puis vraisemblablement une troisième.

Le résultat est 1000 fois plus joli que la peinture à l'ocre, et 1000 fois plus résistant à l'eau, mais aussi -- surtout -- aux frottements. Car d'expérience, je vous dirais que la peinture à l'ocre tient très mal sur les menuiseries, à cause des frottements répétés qui sont inévitables. J'ai une porte-fenêtre chez moi peinte avec cette peinture à l'ocre : à l'extérieur, elle s'est écaillée en même pas 6 mois, à l'intérieur, elle tient un peu mieux, mais elle part par endroits, et surtout, toutes les parties qu'on a tendance à toucher (notamment autour de la poignée) ont complètement perdu la peinture. Je sais que certains ont plus de succès avec cette peinture, et c'est sans doute en partie parce que le bois de notre porte-fenêtre est dense et lisse, mais bon, à partir du moment où c'est une menuiserie, il y a de bonnes chances que ce soit plutôt lisse justement, et donc que ça tienne nettement moins bien que sur un bardage brut. Avec les frottements en plus, laissez tomber, il faudra refaire la peinture tous les ans...

Alors oui, c'est sûr que la peinture à l'huile de lin est plus longue à sécher, mais à part ça, aucun inconvénient. C'est un peu long à faire, mais ça dure une bonne dizaine d'années, et ça coûte pas grand chose à fabriquer. Ca reste écologique, respirant et tout et tout, franchement, je ne vois pas ce qu'on lui reproche par rapport à cette foutue peinture à l'ocre qui ne tient pas... :) Elle est difficile à trouver toute faite dans le commerce, mais ça existe (ici par exemple : http://www.peintureauthentique.fr), par contre c'est drôlement cher.

Jonathan.

Écrit par : Jonathan Neve | 21/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jonathan,

Pourrais-tu détailler la recette que tu as mise en oeuvre avec la peinture à base d'huile de lin ?
Proportion de pigment blanc / huile de lin ?
Quel pigment blanc utilises-tu ?
etc...

Merci d'avance,

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 21/08/2012

Répondre à ce commentaire

merci pour les réponses.

Je pense que je vais faire des tests car je cherche une nuance de teinte (pas du blanc).

A+

Loïc

Écrit par : loïc GOUDE | 22/08/2012

Répondre à ce commentaire

Je m'étais basé sur cette recette : http://www.espritcabane.com/decoration/faire-peinture/peinture-huile-lin/

Par contre, j'avais fait ça à l'oeil : une fois la pate de pigment faite, on rajoute petit à petit de l'huile de lin jusqu'à ce que la texture soit suffisamment fluide pour s'étaler correctement. Impossible de se tromper puisqu'il n'y a que deux ingrédients. Je n'ai pas utilisé l'essence de térébenthine préconisée dans la recette, ça ne m'inspire pas confiance, ça va forcément rendre la peinture moins forte.

Pour ma part, j'avais utilisé un pigment ocre orangé, je ne cherchais pas à faire du blanc. Mais pour du blanc il suffit d'utiliser du blanc de titane, même principe. J'ai d'ailleurs acheté un pot de cette peinture blanche, et il me semble qu'ils utilisent du blanc de titane et du blanc de Meudon (la composition est indiquée sur le pot). Ils utilisent aussi un siccatif, mais très peu semble-t-il, puisqu'il faut bien 24 heures à la peinture pour sécher...

Jonathan.

Écrit par : Jonathan Neve | 22/08/2012

Répondre à ce commentaire

Ah ok. En effet, l'huile de lin est un liant qui peut également faire l'affaire et qui a fait ses preuves à travers de nombreuses générations. L'essence térébenthine permet une meilleure pénétration dans le bois, surtout pour la première couche.

Merci Jonathan pour toutes ces précisions.

Actuellement, je teste une lasure à la bière (uniquement pour l'intérieur) voir sur mon autre blog http://pise.hautetfort.com

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 22/08/2012

Répondre à ce commentaire

C'est clair qu'elle fait l'affaire, et qu'elle a fait ses preuves! :) J'avais justement posé la question une fois par email à Falu Rödfärg (l'entreprise suédoise qui fabrique le fameux rouge de Falun) s'ils fabriquent une peinture blanche, puisque les maisons traditionnelles suédoises (en bois) sont toujours peintes avec le rouge de Falun sur le bardage et du blanc sur les menuiseries et les angles de la maison. Ils m'ont répondu que cette peinture ne se fait pas en blanc, et que les menuiseries blanches étaient traditionnellement peintes à la peinture à l'huile de lin.

Comme quoi, Falu Rödfärg eux-mêmes ne préconisent pas cette peinture pour un tel usage! Ca ne tient pas, c'est pas conçu pour. Historiquement, cette peinture n'a jamais servi à ça et n'est pas prévue pour : pourquoi s'acharner dessus comme si c'était la peinture miracle? C'est une peinture sympa et que j'aime bien tant qu'on s'en tient à son usage recommandé (bois brut non raboté exposé à relativement peu de frottements), mais qui ne marchera jamais en dehors de ces conditions.

Écrit par : Jonathan Neve | 22/08/2012

Répondre à ce commentaire

Tranquille Jonathan ;-)
Aucun acharnement, aucune recette miracle et seulement du partage d'informations et d'expériences.

au plaisir de lire d'autres commentaires aussi précis.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 23/08/2012

Répondre à ce commentaire

Il est clair qu'il ne faut pas opposer les techniques de peintures qui ont chacune un usage propre.
Par rapport au sujet initial de la peinture ocre je suis d'accord sur le "bois brut exposé à relativement peu de frottements". Sur l'aspect non rabotté on peut nuancer suivant les cas je pense.Mon expérience sur mon bardage raboté est concluante. Par contre j'ai remarqué effectivement que le fait de les avoir au préalable trempé au sel de bore avant la peinture a facilité l'accroche peinture (micro rugosité provoqué par le traitement sel ?).

Écrit par : roddy | 23/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,
Super site et commentaires que je découvre ce soir!!! j'avais prévu de me lancer daans le peinture à l'ocre ce week pour peindre mes volets via la recette terre et couleurs. Vos réflexions et commentaires m'on éclairci sur certains points et je me lance donc avec moins d'appréhension. C'est super!
Je suis dans le réno de ma maison et c'est pas évident de trouver des groupes ou personnes pour dialoguer de matières naturelles écologiques et autres sans passer pour une illuminée ou voir dans l'extrême de l'écologie.
Mon désir premier, dans mes travaux de réno, est de laisser respirer ma maison... les murs intérieurs et extérieurs mais difficile de trouver de bons conseils pour quelqu'un de novice comme moi!!!
En tout les cas, j'ai mes réponses sur la peinture sur bois à l'ocre !!!
Continuez, bravo!

Écrit par : christelle | 07/09/2012

Répondre à ce commentaire

Merci, ça fait toujours plaisirs. Actuellement avec l'aide très précieuse de monsieur caséine (www.caseo.fr), je suis le point de fabriquer une huile dure maison à bas prix. N'hésitez pas à poser vos questions sur le blog.


Je me permets par ailleurs de vous informer que je propose également des visites-conseils de maisons d'une durée de 3 à 4h au cours de laquelle de nombreuses solutions "éconologiques" sont proposées avec éventuellement une mise en oeuvre sous la forme de chantier participatif encadré.
Vous trouverez plus de précisions dans cet article du blog :
http://www.formaterre.org/archive/2009/06/08/formaterre-la-formation-par-la-pratique.html

@u plaisir de vous lire

Écrit par : Thierry Baruch | 07/09/2012

Répondre à ce commentaire

merci pour tout ces renseignements,je me suis rendu sur le lien et effectivement c'est très intéressant au niveau conseil et accompagnement mais peut être pas pour moi financièrement, de plus habitant dans le 47... même si les tarifs sont très abordable pour les prestations.
mais je ne manquerai pas à poser mes questions et vous embêter de temps en temps...
Aujourd'hui, week peinture à l'ocre! j'ai déjà des curieux qui viennent (charpentier tradi et ébéniste...)
Merci et à bientôt !

Écrit par : christelle | 08/09/2012

Répondre à ce commentaire

ça y est, couche d'aprêt posée!
J'ai une question, j'applique la peinture sur du bois brut, j'ai posé une 1ère couche diluée à 10%, je prévois une 2ème couche non diluée demain, Faut-il effectuer une 3ème couche? soit 1 couche d'aprêt et 2 couches de finition?

Écrit par : christelle | 09/09/2012

Répondre à ce commentaire

Personnellement, je préfère passer 3 couches s'il s'agit d'objet sollicité (volet à l'Ouest par exemple)

Écrit par : Thierry Baruch | 09/09/2012

Répondre à ce commentaire

ok, merci

Écrit par : christelle | 09/09/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous et merci de partager vos connaissances. Cette peinture pour bois en extérieur est intéressante mais je recherche une version améliorée qui couvre mieux, en moins épais et qui puisse adhérer sur des surfaces peintes simplement ponçées. Je sais, ça fait beaucoup. J'ai bien lu tout le fil. Il faudrait (d'après ce que j'ai compris) un émulsifiant plus "fort" que la farine. Par contre, lequel utiliser et surtout les quantités, et comment l'intégrer à la peinture (chauffage ou pas, etc...). Il me semble (j'ai le droit de me tromper?) que la quantité de liant est un peu faible. Dans les formulations de peintures "classiques" que j'ai trouvé le liant représente 20 à 50% ce qui améliorerait le pouvoir collant. Si quelqu'un a des infos, ça fera avancer le smillblick. A bientôt.

Écrit par : Alecse | 05/10/2012

Répondre à ce commentaire

Une peinture à l'huile classique : huile de lin + pigment devrait faire l'affaire, non ?

Écrit par : Thierry Baruch | 05/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour, moi je voudrais obtenir une peinture proche du noir de falun et du vert de falun. Quels sont les pigments à utiliser dans l'un et l’autre cas


Merci

Écrit par : jpg | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour jpg,

Il est possible d'acheter chez Falurodfarg en Suède juste les pigments et constituer la peinture soi-même. C'est pas cher, mais je pense qu'on est obligé d'aller le chercher. Mais bon, c'est beau la Suède! ;)

Bon, ok, cette réponse risque d'être un peu inutile, mais tant pis : si vous voulez ces couleurs là, il n'y aura pas mieux que le "vrai" pigment.

Écrit par : Jonathan Neve | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci, bien sur c'est très beau, j'y étais il y a pas mal d'années et j'ai vu préparer le rouge de falun mais maintenant je pense qu'il serait possible de commander les pigments. Je vais essayer de communiquer avec eux en cherchant un meilleur anglophone que moi à défaut d'un suédophone.

Je vous tiens au courant de toutes manières les planches brutes de sciage de bardage finissent de sécher et je les installe au printemps.
Sinon je vais essayer avec des petits échantillons il y a un marchand de couleurs près de chez moi.
Merci pour tout ce vous faite.

JPG

Écrit par : jpg | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour, merci Thierry pour l'idée de la peinture à l'huile de lin pure. Il est vrai que je n'ai pas encore essayé. Par contre je trouve qu'il faut beaucoup d'huile. D'ailleurs l'huile de lin cuite est meilleure mais aussi beaucoup plus chère pour celui qui ne veut pas la fabriquer. Je pense qu'il y a un compromis à trouver entre la peinture à l'ocre et la peinture à l'huile pure qui permettrait de bien "tenir" les charges qui collerait bien et utiliserait moins d'huile que la peinture à l'huile.
Au fait où en est l'huile dure de fabrication artisanale?

Écrit par : alecse | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Difficile de comparer le prix de revient des deux peintures, parce que la peinture à l'huile de lin est beaucoup, beaucoup plus couvrante. A la louche, un litre de peinture à l'huile de lin, ça fait 20m² en trois couches. J'ai l'impression personnellement que la peinture à l'ocre utilise beaucoup plus de pigment, mais il faudrait faire le calcul pour voir. Mais c'est une peinture beaucoup plus épaisse, donc ce serait logique. Pour moi, le pigment coûte beaucoup plus cher que l'huile.

Pour ce qui est de l'huile de lin cuite, je ne l'ai jamais fait, et ça marche très bien. Simplement, c'est long à sécher. Ce serait sans doute un peu plus rapide en la faisant cuire. Il paraît qu'on peut aussi la laisser quelques temps au soleil et que ça aide aussi. Je l'ai fait et ça a séché plutôt vite, mais difficile d'être sûr, puisque j'avais aussi mélangé ma peinture avec de la peinture à l'huile de lin que j'avais achetée (et qui contient un peu de siccatif).

Toujours est-il que l'huile de lin ordinaire convient très bien, d'après mon expérience. Le rendu et la durée de vie sont aussi largement meilleurs que la peinture à l'ocre.

Écrit par : Jonathan Neve | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonsoir à tous,

Je vois que le peinture est d'actualité cette fin de semaine. Concernant la recette artisanale d'une huile dure, ça devrait arriver prochainement. JP Pélegrini (caséo pour les intimes) m'a beaucoup aidé sur ce sujet.
Je teste la recette actuelle en novembre maxi et vous tiens au courant.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Je crois que Mr Caseo pour les intimes doit s'appeler JP PELLEGRY ! ;-)

Écrit par : caseo | 06/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jonathan et merci pour ton retour d' expérience sur la durée de vie. J'ai "cuit" de l'huile de lin hier et j'ai fait un test aujourd'hui. Elle a l'air de bien sécher. Par contre, vu ton expérience, comment repeindre des volets déjà peints sans revenir au bois brut? C'est ce que j'aimerais faire en naturel bien sûr. Fabriquer une peinture qui "colle" sur une ancienne couche de peinture ou sur de l'aggloméré, ou divers panneaux car ce sont malheureusement les cas les plus fréquents. La peinture à l'ocre est intéressante car c'est une émulsion, et qu'apparemment, c'est plus simple d'y ajouter du "collant" dans le style des peintures naturelles à l'eau toutes prêtes (exemple laque auro). Dans laquelle on retrouve de l'huile de lin, de tournesol (à creuser car claire et siccative) et de ricin (plastifiant), de la colophane (collant), lécithine (je pense que c'est l'émulsifiant) + tensio actifs + autres. J 'ai bien lu les conseils de caseo pour améliorer la recette. Je pense mélanger: huile de lin et de tournesol cuites, colophane et/ou damar, blanc de Meudon et/ou talc pour remplacer une partie des pigments. Je pense ajouter le reste des pigments pour amener à la teinte désirée à la fin de la préparation. Par contre, je n'ai pas encore d'idée pour améliorer l'émulsifiant. Fécule, jaune d'oeuf (résistance), lécithine (prix?). De même il manque quelque chose de primordial. Les quantités...A voir. Est ce que l'ajout de cire d'abeille aurait un intérêt? Merci de me dire ce que vous en pensez.

Écrit par : alecse | 07/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Normalement, la peinture à l'huile de lin colle très bien sur une ancienne peinture. Si elle s'écaille, il vaut mieux l'enlever, évidemment, sinon la nouvelle couche risque de partir avec, mais si l'ancienne couche tient bon, ça ne pose pas de problème. Je ne l'ai par contre jamais fait. Je dis ça selon les conseils donnés ici : http://www.peintureauthentique.fr/FR/index.php.

Pour le reste, je ne suis pas compétent pour répondre sur la peinture à l'ocre modifiée que tu suggères. Pourquoi pas, mais c'est de l'expérimental, sans garanties...

Écrit par : Jonathan Neve | 08/10/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Vu que la peinture à l'huile de lin s'accroche bien ne peut-on pas ajouter plus d'huile de lin dans la peinture à l'ocre pour favoriser l'accrochage notamment sur des lasures glycéro ?
J'ai lasuré une maison et 2 ans plus tard la lasure coté ouest (pluie) s’amincit mais est toujours présente. Du coté nord elle a gardé son aspect satiné.
Je cherche une solution pour la repeindre : ocre, lin, mélange des deux ?
Ou peut on passer une première couche à la peinture à l'huile de lin et finir à la peinture à l'ocre pour bois brut ?
Merci.

Écrit par : Domingos | 17/08/2013

Bonjour,
Quelqu'un a t il une idée pour remplacer la farine par un autre émulsifiant plus efficace? M. caseo peut être une info?

Écrit par : alecse | 08/10/2012

Répondre à ce commentaire

Je voulais signaler que la peinture à l'ocre tient très bien sur des ferrures et clous inox, je viens de l'expérimenter sur un portail, c'est spectaculaire !
photos sur mon site

Écrit par : pinoteau | 05/01/2013

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour l'info.
Par contre, je n'arrive pas à accéder à votre site.

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 06/01/2013

Répondre à ce commentaire

voici le lien avec mon site AMBIANCE DECO :
www.ambiancedeco.org

Écrit par : pinoteau | 03/06/2013

j'habite au Maroc et je veux peindre les menuiseries extérieures de ma maison à la peinture à l'ocre. j'ai tout les ingrédient pour fabriquer ma peinture à l'exception du sulfate de fer! avez vous une adresse pour une expédition d'un ou deux kilo de sulfate de fer au Maroc.

Écrit par : perier | 05/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour je ne sais pas si on utilise beaucoup d'anti mousse pour le gazon au Maroc mais le sulfate de fer n'est ni plus ni moins qu'un antifongique très courant dans les jardineries.

jp

Écrit par : jpg | 05/02/2013

Répondre à ce commentaire

Tout a fait. Et dans le "pire" des cas. Faites un essai sans sulfate de fer sur une petite surface.

Écrit par : Thierry Baruch | 06/02/2013

Répondre à ce commentaire

Sinon en cherchant à sulfate de fer on trouve de fournisseurs sans problèmes en France.
Mais il doit bien rester des drogueries à l'ancienne au Maroc.

Enfin j'espère.

J'aimerai poser une question peut on trouver le pigments seul utilisés dans les rouges de Falun ou noir etc.

Ou comment obtenir une peinture à l'ocre noir?

Merci

jp

Écrit par : jpg | 06/02/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, en France, je l'achète chez Dousselin qui vient de créer une site de vente en ligne : le comptoir des pigments : http://www.comptoirdespigments.fr/

Pour la peinture à l'ocre noir : il en existe. J'en avais acheté lors de ma visite dans le Roussillon. Personnellement, je n'ai pas encore utilisé ce pigment en peinture mais en savonnerie.

Écrit par : Thierry Baruch | 06/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'ai bien trouvé de l'ocre noir mais pas les piments spécifiques aux rouges de falun originaux.

Je ne suis pas sur que les producteurs commercialisent les pigments seuls. La peinture oui mais payer une somme assez considérable pour 9o% d'eau et un peu de farine plus les pigments je trouve cela dommage.Par ailleurs le sulfate de fer intervient il dans la couleur obtenue ou est il là dans un rôle anti fongique?.

Merci. Si quelqu'un connait la réponse, je connais bien la peinture à l'ocre qui a été réalisée dans un village proche de chez moi ,Blesle mais je recherche le rouge vif du rouge suédois et je ne sais pas quel pigment utiliser mis à part le pigment d'origine. Je recherche aussi le noir de Falun, là je pense que c'est plus facile.

JP

Écrit par : jpg | 07/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour JP,

Le pigment du rouge de Falun est vendu en Suède ici : http://www.falurodfarg.com/eng/?page_id=34 (ils vendent la peinture toute prête en poudre, mais aussi le pigment seul, et ils donnent la recette de la peinture sur cette page).

Le seul problème, c'est qu'il faut faire un petit voyage nordique pour le récupérer, car ils ne livrent pas en dehors de France. Mais pour y avoir été, je dirais que Falun est un coin très sympa qui vaut le détour, alors pourquoi pas?! ;)

Jonathan.

Écrit par : Jonathan Neve | 07/02/2013

Répondre à ce commentaire

En effet, c'est une possibilité qui laisse place à une nouvelle aventure.

Ceci étant, de l'ocre venant du Bourgogne ou du Roussillon fait très bien l'affaire. De plus le colorado provençale est également un coin extraordinaire.

Donc une possibilité nordique et une autre un peu moins épique ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 07/02/2013

Répondre à ce commentaire

D'autant plus que le pigment rouge de fallun est toxique...(relire le 2ème commentaire de Caseo). En plus, il fait meilleur en provence.

Écrit par : alecse | 07/02/2013

Répondre à ce commentaire

... Utilisez plutôt de l'oxyde de fer de qualité, de synthèse (made in Germany traité dans des usines ISO 14001 et non made in China) ou naturel ... made in France ! L'ocre étant un mélange d'oxyde de fer et d'argile autant utiliser l'oxyde pur.

Écrit par : caseo | 07/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je préfère l'ocre qui se trouve sous mes pieds... ou presque qu'un oxyde de synthèse qui a parcouru quelques centaines de kilomètres et qu aura nécessité :
- plus d'énergie grise à la fabrication
- plus d'énergie pour le transport
- plus coûteux.

Écrit par : Thierry Baruch | 08/02/2013

Répondre à ce commentaire

Le choix n'est pas aussi simple !
- Il n'y a quasiment plus d'extraction d'ocre en France (un seul site !) et la majorité de ce qui est commercialisé provient de l'étranger ... voir de très loin !
- L'extraction et la purification de l'ocre est couteuse en énergie et polluante. Il faut l'extraire avec des engins de chantier, la purifier à l'eau ... beaucoup d'eau ... et la sécher au gaz.
- L'ocre ne contient que 20 à 40% d'oxyde de fer qui est la partie teintante et pour une peinture, pour un taux donné de saturation de la couleur elle revient donc 2,5 à 5 fois plus cher que l'oxyde pur.
Idéalement je préfère l'oxyde de fer naturel pour lequel il existe encore un moulin en France et à défaut un oxyde de synthèse bien fabriqué avec des métaux de récupération dans des usines non polluantes. Ce doit être le seul cas où, pour des raisons économiques ET écologiques je préfère un produit de synthèse à un produit naturel !
Au passage la fabrication de l'oxyde de fer de synthèse se fait en faisant rouiller artificiellement des métaux de récupération dans un bain légèrement acide. Dans les usines européennes, le process se fait en boucle avec récupération de l'eau et de l'acide et est donc non polluant.

Écrit par : caseo | 08/02/2013

Répondre à ce commentaire

Merci super Caséo. C'est toujours un grand plaisir de lire tes commentaires. Comme quoi, il y a souvent des différences importantes entre nos représentations et la réalité. Et cela, même dans un domaine technique que l'on pense connaître.

@u plaisir de lire

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 08/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

je pense que le moulin dont caséo parle est le moulin à couleurs à Ecordal (Ardennes). Ils produisent également de l'ocre de Puisaye (terre de Bourgogne). Ils vendent aussi aux particuliers à partir d'1 kg.
A+

Écrit par : alecse | 10/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

A propos d'adresse , moi je suis passé par les ocres de france(cf google) et j'en ai été très content.Pour info pour mes 80 kgs pour mon bardage il étaient 2x moins chère -pour le même ocre- que mon grossiste locale.Par contre effectivement l'origine de l'ocre n'est pas forcément mis en avant: à demander...

Écrit par : roddy | 11/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Sophie,

Je replace ton commentaire ici car, mystère de l'informatique, il s'est mélangé avec des commentaires datés de 2011 :

"Bonjour à tous,

J'ai essayé de tout lire mais je n'ai pas trouvé de réponse à mes questions. Je tiens vraiment à remercier l'ensemble des participants pour cet échange d'expérience et Formaterre en particulier pour son blog passionnant.
Nous voulons peindre des volets neufs en Nord Blanc avec de la peinture à l'ocre. La couleur choisie était de la terre verte de Brentonico avec de l'ardoise pour approcher au plus et de manière naturelle le pastel (nous habitons vers Toulouse).
Le problème que nous rencontrons est avec le sulfate de fer. Je n'ai pas utilisé de sulfate bien pur mais un peu marron avec des grumeaux. Ces derniers ne me dérangent pas. Le problème c'est la rouille. En séchant, ce sulfate apporte une couleur orangée qui donne à ma couleur un aspect "caca d'oie". Je souhaite donc remplacer COMPLÉTEMENT le sulfate de fer. J'ai regardé dans le Monum sur la peinture, dans le dico du peintre chez Belin, je ne trouve pas si je peux mettre du sulfate de cuivre (antifongique aussi) et dans quelle quantité. Il a tendance a viré au bleu-vert se qui est arrangeant pour ma peinture. Mais il ne doit pas être en milieu trop acide Il faut être plus calé en chimie que je ne le suis ! Avez vous une réponse ? un retour d'expérience ?
Merci et bonne journée sans vent d'autan".

Malheureusement, je n'ai pas de réponse à te donner. Ce qui est sûr c'est l'oxyde de cuivre va virer au vert (on le voit sur certain tuyaux de cuivre). Personnellement, je ferrai un essai avec la même quantité que le sulfate de fer. Si tu fais cette expérience, merci de nous tenir au courant.

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 06/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je peux mettre sur le blog une photo de mon bardage après 2 hivers ( http://www.formaterre.org/archive/2011/09/20/peinture-a-l-ocre-sur-du-bardage.html ). Le pignon exposé plein ouest se comporte très bien

Yves.

Écrit par : Yves BENOIT | 24/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Benoit : Ton url ci dessus ne fonctionne pas -erreur 404- (du moins à cet instant T)

Écrit par : roddy | 24/03/2013

Répondre à ce commentaire

Je pense que c'était à cause des parenthèses qui étaient collées à l'URL. Bizarre.
Là, ça devrait fonctionner.

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 24/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour, quelqu'un aurait il appliqué le principe de la peinture à l'ocre sur bardage extérieur brut de sciage avec des pigments noirs tels que noir de Cassel par exemple?
Ou connaitrait une peinture écologique noire pour cet usage?

Merci

Jean-Pierre

Écrit par : jpg | 25/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'ai récemment refais mes volets avec la peinture à l'ocre.
J'ai acheté du rouge pozzuoli chez la Société des Ocres de France et je n'ai pas été décu du résultat !
Pour répondre à Sophie, on m'a informé que le pigment ardoise avait beaucoup de mal à colorer avec la peinture à l'ocre sur certains bois, il vaudrait donc mieux faire des éssaies avant de peindre tes volets !

Écrit par : Patricia | 25/03/2013

Répondre à ce commentaire

Pouvez-vous me dire à quoi ressemble le rouge Pozuoli : plutôt orange ou rouge brun ?
Je confirme le gris ardoise n'est pas très opaque, il tire même sur une couleur "mastic" utilisé avec a peinture à l'ocre.
D'ailleurs avec la chaux il ne colore pas très fort non plus, cela doit venir de la nature du pigment.

Écrit par : ambiance déco | 31/03/2013

Bonjour,

Je ne suis pas doué, dites moi comment mettre une photo de mon pignon plein ouest. Concernant la couleur noir, le bois travaillera plus à cause de la chaleur. L’essence sélectionnée devrait être stable (résineux)

Yves

Écrit par : Yves BENOIT | 30/03/2013

Répondre à ce commentaire

Salut Yves,

Tu as un compte en tant que rédacteur. Je t'invite donc à rajouter une photo dans ton super article ou bien d'écrire un nouvel article comprenant cette photo.

Est-ce que cela te convient ?

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 31/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

J'aurais voulu savoir si sur du plâtre est que ce prend bien ? C'est pour faire en intérieur.

L'âne

Écrit par : L'âne bonnet | 12/04/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, pas de souci. Il s'agit d'un support poreux. J'ai testé dans les wc du Rdc. Cela fait maintenant plus d'un an. Strictement aucun souci.
Un vrai plaisir d'aller aux toilettes ;-)

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 12/04/2013

Répondre à ce commentaire

Salut !

Info intéressante. Par contre est ce que quand tu frotte un peu, tu as un peu de couleur sur les mains ?
J'ai un peu cet effet la sur mon bardage. C'est assez léger et pas embêtant en extérieur. A l'intérieur avec les enfants ca peut être un frein (ou pas, mais intéressant à savoir dans tous les cas)

Écrit par : roddy | 12/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Ou peut acheter du pigment rouge de falun bon marché en France??
Merci DF

Écrit par : Delgado | 06/05/2013

Répondre à ce commentaire

Personnellement, j'achète de l'ocre rouge chez Dousselin.

Écrit par : Thierry Baruch | 06/05/2013

Répondre à ce commentaire

Oui mais il y a plusieurs rouge chez Dousselin....lequel se rapproche du rouge Falun?
Merci

Écrit par : Delgado Francis | 07/05/2013

Perso je recommande d'acheter (c'est pas cher) des échantillons de plusieurs ocres légèrement différentes en couleur pour faire les essais. Car suivant le support, le mélange de peinture choisie,le pouvoir colorisant de chaque ocre....C'est la méthode que j'ai pris (une dizaine de couleurs testés) ca va vite (1/2 journée) et au moins tu es sur quand tu commande tes sacs.

Écrit par : roddy | 07/05/2013

Répondre à ce commentaire

Celui qui vous plait le plus ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 07/05/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je viens de réaliser une peinture à l'ocre sur des ruches (j'ai trouvé la recette sur "les cahiers de Terres et Couleurs") et bien que j'ai scrupuleusement respecté la recette, mis le bois à nu et respecté le temps de séchage entres 2 couches ( 24h), la deuxième couche de peinture c'est écaillée complètement par endroits. D'où vient mon erreur ?

D'autre part, combien de temps se conserve la peinture ?
Merci

Écrit par : Jérome | 03/06/2013

Répondre à ce commentaire

Pour la conservation, plusieurs années dans un seau hermétique avec de l'huile essentielle de clous de girofle, citron, menthe poivrée ou thym...
AMBIANCE DECO : www.ambiancedeco.org

Écrit par : pinoteau | 03/06/2013

Bonjour,
Nous avons peint nos volets en vert et avons transformer la recette en remplaçant le fer par du cuivre. La problématique rencontrée a été les écailles : comme le dit Jérome, notre peinture s'est écaillée par zone. Pas partout mais assez pour embêter. La peinture était super touillée. Pas chaude justement pour moins créer ce problème. Pour ceux qui veulent faire l'expérience : attention qu'en on met le sulfate de cuivre le mélange se met à mousser et à déborder : il faut donc un très grand récipient pour une petite quantité. On a pas la solution à notre (et votre) problème.
Bonne journée enfin avec le soleil !

Écrit par : Sophie | 04/06/2013

pratiquant cette peinture depuis 3 ans, j'ai réalisé qu'il était préférable de faire les 2 couches dans la journée, la 2e adhérant ainsi beaucoup mieux.
C'est assez surprenant qu'elle s'écaille, cela ne m'est jamais arrivé d'autant plus que cette peinture comme toutes les peintures naturelles est souple contrairement aux chimiques qui elles s'écaillent car elles font un film dur et cassant.
En résume, faites vraiment les 2 à quelques heures d'écart.
www.ambiancedeco.org
Quand je suis obligée de faire la 2e plusieurs jours après, je la réchauffe un peu.

Écrit par : pinoteau | 03/06/2013

Répondre à ce commentaire

Hum ... plusieurs années de conservation ? C'est peu probable ! Quelques semaines tout au plus selon la température extérieure, la farine présente dans la composition étant très putrescible. Outre le prix rédhibitoire de la conservation d'une grande quantité de peinture ces HE posent quelques problèmes de toxicité notamment l'Eugénol du clou de girofle et le Thymol du thym (cette dernière ci étant peu utile dans une préparation aqueuse car sa solubilité dans l'eau est nulle). De plus la présence de l'HE de clou de girofle est néfaste à la qualité du film car elle est un puissant anti siccatif ce qui n'est pas vraiment recherché avec l'huile de lin ! Il est préférable à mon sens de préparer la quantité dont on a besoin et ne pas tenter une conservation au delà de quelques jours dans un endroit frais et un récipient hermétique

Écrit par : caseo | 04/06/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, tout à fait d'accord avec Caséo. Personnellement, je préfère disposer de la quantité de peinture dont j'aurai besoin. Actuellement, je peins des volets en ocre rouge. J'ai donc préparé 5 kg de peinture. S'il m'en reste, j'utilise un film plastique souple (polyane ordinaire) que je tapote doucement sur mon reste de peinture. Ainsi avec il y a très peu d'air entre la peinture et l'air du pot. Je ferme ensuite le pot et je conserver ainsi la peinture quelques semaine.

Concernant l'utilisation des HE, personnellement, je préfère les utiliser en savonnerie...

Pour les écailles, c'est étonnant. Est-ce que la peinture avait été bien mélangée avant l'utilisation ?

Le fait de la réchauffer est une bonne idée mais il faudrait le faire à feu doux afin d'éviter les grumeaux qui pourraient se constituer. Mais bon, si on utilise environ la bonne quantité de peinture, il ne sera pas nécessaire de réchauffer la peinture.

@u plaisir de vous lire et d'échanger sur cette peinture qui n'a pas fini de faire couler de l'encre. A titre informatif, ce commentaire est le 213ème !!!

Écrit par : Thierry Baruch | 04/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Allez un petit 214ème alors !

Je suis étonné du peu de temps de conservation mentionné.
J'avoue avoir eue quelques phénomènes étranges au début au bout de quelques jours (bulle, odeur), mais rapidement stabilisé (effet du sel ?)
Depuis je réutilise mon stock depuis 1 an sans que celle ci semble avoir perdu de ses caractéristiques.
Ceci étant dis il est vraie que nos peintures écolo ont un coté artisanale et peut être que la prochaine fois avec d'autres conditions légèrement différentes....

Écrit par : roddy | 04/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Merci pour votre réponse, il me reste 2 ruches à peindre, je ferais les 2 couches dans la journée.
Par contre une autre petite remarque, le sulfate de fer ( acheté en sac de 5kg en jardinerie) à changé complètement la couleur original, passé d'un bleu ciel à un bleu/vert.
J'ai lu que ce dernier pouvait affecter la couleur, je suis surpris qu' il y est peu de commentaires à ce sujet.
Quelqu'un à déjà essayé le sulfate de fer liquide vendu en jardinerie?
Aura t'on le même constat avec ce dernier ?
Jérôme.

Écrit par : jérome | 04/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Pour avoir fait le test avec le sulfate liquide pour une petite quantité; aucun souci. Par contre, ai voulu faire les choses en grand pour un bardage de 130m², utilisation de sulfate en cristaux; même résultat même les bouillonnements!
Une chose me chagrine, c'est cette couleur verte qui ressort malgré tout.
Bonne peinture à tous.
**Nath**

Écrit par : SAUVAGE | 24/08/2013

Bonjour,
Pour avoir fait le test avec le sulfate liquide pour une petite quantité; aucun souci. Par contre, ai voulu faire les choses en grand pour un bardage de 130m², utilisation de sulfate en cristaux; même résultat même les bouillonnements!
Une chose me chagrine, c'est cette couleur verte qui ressort malgré tout.
Bonne peinture à tous.
**Nath**

Écrit par : SAUVAGE | 24/08/2013

Concernant le sulfate de fer, il me semble qu'il est préférable qu'il ne voit pas la lumière afin d'assurer un plus longue conservation.

Par contre, à l'état liquide, je ne sais pas. Encore une histoire de concentration... :-)

Écrit par : Thierry Baruch | 05/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour, le sulfate de fer est connu pour altérer les couleurs surtout claires.
Etant jaune vert il est normal qu'avec un bleu clair celui ci vire au vert, en s'oxydant le fer contenu devient un oxyde de fer ce pourquoi il n'est pas recommandé sur des terrasses en tant qu'anti moisissure car il devient couleur rouille.
Avec des pigments rouges ou gris,vert sombre la modification de teinte est moins marquée mais sera modifiée et évoluera dans le temps sous l'effet de l'oxydation.

jp

Écrit par : jpg | 05/06/2013

Répondre à ce commentaire

Oui je l'ai constaté avec du gris ardoise clair qui a viré au "mastic" sans que je le souhaite heureusement dans la phase d'essais de couleur en atelier.
Par contre pas de soucis avec de l'ocre jaune, la sienne naturelle ainsi que les couleurs foncées.

Écrit par : pinoteau | 05/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour à tous et merci pour tous ces échanges très constructifs !

J'ai bien compris que cette peinture au blé et à l'ocre s'utilise idéalement sur du bois brut de sciage...
Pourtant, je souhaite décaper mes volets (en sapin, et à l'origine lazurés) puis faire un ponçage (papier silex grain N°4 donc assez grossier) avant mise en peinture, histoire que l'état de surface ne soit justement pas trop brut, sans être trop poli non plus !
Je me disais : si je fais une première couche avec cette peinture diluée à l'eau, l'accroche sur le bois devrait quand même se faire correctement, non ? Et si oui, à votre avis, il faut diluer avec quel pourcentage d'eau ?
Merci @+

Écrit par : Christine | 06/06/2013

Répondre à ce commentaire

Je reprends mon précédent message de tout à l'heure : si j'humidifie mon bois poncé pour en redresser les fibres, est-ce que ça peut améliorer ses propriétés poreuses, à la manière d'un bois brut ?
Sinon il y a plein d'autres sites (maisons paysannes, esprit cabane etc) qui affirment que cette peinture au blé peut s'appliquer indifféremment sur bois neuf ou ancien, brut ou PONCE. Alors je ne sais pas trop quoi penser !
Merci !

Écrit par : Christine | 06/06/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je ne peux que t'apporter ma propre petite expérience perso. Je l'ai appliqué sur du bardage neuf douglas qui a été au préalable trempé au sel de bore. Pas de souci particulier, ca tient bien.

Écrit par : roddy | 07/06/2013

Répondre à ce commentaire

j'avais aussi passé une cabane en bois au sel de bore, et j'ai vu apparaitre une poudre blanche quelques semaines après que j'ai dû simplement essuyer. Cela prouve que cette peinture est bien respirante !
www.ambiancedeco.org

Écrit par : pinoteau | 07/06/2013

Merci Roddy mais, si j'ai bien compris dans votre cas il s'agit de bois neuf non poncé, donc ça ne répond pas à ma question sur l'accroche de la peinture sur bois décapé et PONCE. Merci!

Écrit par : Christine | 07/06/2013

Répondre à ce commentaire

A discuter avec les autres,mais si ca tiens sur un bois neuf : un bois décapé & poncé, ca va surement le faire.

Écrit par : roddy | 07/06/2013

Répondre à ce commentaire

Je disais donc plus haut que je suis en train de peindre des volets. Il s'agit de volet neuf. Pour le ponçage, je préfère ne pas dépasser un grain de 80 pour avoir une accroche. C'est ce que j'ai fait l'année dernière avec des volets qui sont exposés plein sud. Pour l'instant, ça tient impeccable.

Bon allez, je vous laisse, il m'en reste encore une paire ;-)

Écrit par : Thierry Baruch | 07/06/2013

Répondre à ce commentaire

mes essais:l'été 2012,peinture à l'ocre sur menuiseries neuves,en pin assemblé,donc support à priori défavorable,tres lisse et risque de colle;aucun probleme sauf au sud,peintes à l'ombre mais séchage trop rapide.depuis ,j'humidifie légèrement les supports avant la première couche(diluée à 10 ou 15%) De la résine sort du bois au sud mais traverse sans problème la peinture.Petit détail:par erreur,j'ai mis 10 fois moins d'huile que nécessaire mais résistance surprenante aux pluies incessantes du printemps(à recouvrir quand meme avant l'hiver!)
sulfate acheté en jardinerie:bleu-vert mais mélangé à du sable,je l'ai dilué dans de l'eau pour me débarrasser du sable mais du coup poids approximatif;ensuite acheté chez okhra.
note:pour ceux qui veulent du noir,il existe le très beau noir de Rome et d'autres noirs naturels,à chercher chez les fournisseurs(chez okhra,gamme très étendue mais chère,voiraussi "ocres chauvin","la compagnie des ocres","le comptoir saint-jacques"et les liens de "
la société des ocres de france" entre autres.
le jour se lève ,au travail avant la chaleur!

Écrit par : félicie | 21/07/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, cette peinture est assez incroyable.
Ceci étant, comme vous l'avez dit, je pense qu'il est toutefois préférable d'y repasser une couche avant l'hiver.

Bonne peinture,

Écrit par : Thierry Baruch | 21/07/2013

Répondre à ce commentaire

Pourquoi dites-vous le pin support très lisse et "risque de colle" ?
J'ai peint une cabane en pin neuf, je suis très contente.
www.ambiancedeco.org

Écrit par : pinoteau | 21/07/2013

Répondre à ce commentaire

le bois des menuiseries que j'ai peintes est constitué de lattes collées entre elles pour éviter les déformations,donc un produit assez différent du bois brut .
A propos de l'huile de lin ,on peut la faire cuire trois heures à 120°c avec un oignon qu'on jette ensuite(les invités n'apprécient pas au déjeuner!).Pourquoi l'oignon?c'est une recette ancienne et j'aimerais bien savoir.l'ajout de litharge la rend encore plus belle et siccative mais c'est extrèmement toxique et réservé à la peinture artistique.
attention aux mouches en été ,elles adorentl'odeur...
l'huile de lin que l'on trouve est souvent un produit douteux très différent de l'huile traditionnelle par son mode d'extraction.avant d'en acheter,je la sent;on peut parfois se demander ce qu'il y a dans les bouteilles!
l'huile de noix est préferable mais assez chère.
pour la fabrication de la peinture à l'ocre ,j'ai l'impression que l'huile crue convient aussi.Quand on peut se simplifier la vie...
pour les murs,sur enduit terre-sable,j'essaie une peinture à l'argile dont la recette est très proche de celle de le peinture à l'ocre.je suis intéressée par toute recette de ce type,j'expérimente avant de peindre d'ici 2-3mois;je suis très embarrassée par quelques cloisons en placo.pour la s.de bains,peut-on peindre directement avec une peinture à l'huile ou est-il nécessaire de mettre une sous-couche et laquelle?je voudrais tout faire moi-meme et éviter les acryliques.

Écrit par : félicie | 24/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j’ai trouvé une peinture dite écolo intérieure extérieure contenant de l'huile de soja. Je pense faire un essai de peinture à l'ocre avec de l'huile de soja pour voir.

Par contre elle présente une odeur assez particulière qui persiste quelques jours.

Cordialement.

JP

Écrit par : jpg | 24/07/2013

Répondre à ce commentaire

re,

Désolé, je voulais répondre à JP.
Merci d'avance pour ton retour d'expérience concernant l'huile de soja.

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 24/07/2013

Bonjour Félicie,

En effet, il y a huile de lin et huile de lin. En général, plus elle est claire plus le film de linoyxyne sera solide. En fait, il faut réussir à enlever le mucelage d'où les différentes techniques. Je ne connaissais pas celle de l'oignon (j'aimerais bien, d'ailleurs, avoir une explication chimique à ce sujet).

Concernant un enduit-terre sable. Je préfère partir sur des laits de chaux (chaulage, badigeon, eau forte ou patine). En effet, cette solution me semble à la fois plus éconologique et plus cohérente concernant la "relation" entre les matériaux (minéral avec minéral plutôt que minérale avec minéral/végétal).

Concernant les placo, j'ai essayé la peinture à l'ocre sur carreaux de plâtre et Fermacell : super tenu. Aucun farinage. A priori, je ne vois pas pourquoi cela ne fonctionnerait pas sur du placo.

Bon courage et merci pour ton commentaire.

Thierry Baruch

Écrit par : Thierry Baruch | 24/07/2013

Répondre à ce commentaire

Ne vous emm..... pas à essayer l'huile de soja ... elle n'est que semi siccative et laissera un film mou et jamais sec. Les peintures réalisées à partir de cette huile sont en fait des "Alkydes" d'huile de soja !
L'oignon servait d'indicateur pour la température de l'huile (on trempait aussi une plume) et aurait un léger, très léger pouvoir siccatif par les sulfures dégagés pendant la cuisson.

Écrit par : caseo | 24/07/2013

Répondre à ce commentaire

Mister "veille chimique du naturel" est donc toujours aussi présent et réactif.
Merci JP et au plaisir de te revoir.

Écrit par : Thierry Baruch | 24/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

j'aimerais savoir si cette peinture est "lavable" par exemple pour l'appliquer à des endroits sensibles aux traces de doigts? Sinon, pour renforcer le film de peinture est ce qu'il est possible de remplacer tout ou partie de la farine par de la cire d'abeille?

Écrit par : Alexandre | 25/07/2013

Répondre à ce commentaire

Lavable est un bien grand mot. Elle résiste à la pluie mais je ne pense pas qu'elle résisterait à un lavage en machine ;-)

Non, je ne pense pas que la cire puisse remplacer la farine. L'amidon, lorsqu'il est chauffé vers 60-70° se transforme en micelles. Un peu comme la lécithine lorsque l'on fabrique une mayonnaise. C'est à dire que ces micelles jouent un rôle tensio-actif. Leur tête est hydrophile et leur longue queue est hydrophobe. La liaison entre l'eau et un corps gras est donc assuré.

Par contre, si vous le souhaitez, vous pouvez utiliser de la cire liquide sur la peinture. (en étant sûr que la couleur vous plaise sur le long terme...) et bien sûr pour un usage intérieur.

Écrit par : Thierry Baruch | 25/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
il me semble que la cire saponifiée est soluble dans l'eau et que la cire d'abeille est un émulsifiant, qui plus est très solide. J'ai en mémoire une préparation à base de cire Auro hyper solide (pas réussi à la rayer avec une clé en appuyant très fort) mais en phase solvant ce que je veux éviter. Personne n'a déjà essayé? Et pourquoi pas en extérieur?

Écrit par : Alexandre | 26/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour, désolé de couper une question (j'ai pas de réponse), j'en pose une autre.
Qqun a déja tenté la recette "traditionnelle" (pas à la cire ;-) avec un pistolet ?
J'ai fait mon bardage (première couche) par trempage dilué il y a déja 1 ans, ca avait bien marché, je me dis que ca peut le faire au pistolet mais j'aimerais bien des vrais retours de vrais gens :-)

Écrit par : roddy | 26/07/2013

Répondre à ce commentaire

Pour une peinture au pistolet, il faudrait la diluer davantage. Ceci étant, cela dépend du pistolet ;-)

Concernant la cire saponifié, je ne peux rien affirmer mais il est sûr que la cire augmente la dureté d'un savon et rend plus solide une huile lors de sa fabrication. Si tu essayes, j'aimerais bien avoir ton retour d'expérience.

@+

Écrit par : Thierry Baruch | 26/07/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je souhaiterais repeindre un portail bois avec cette peinture . Faut - il le décaper entièrement ou juste un coup de papier de verre suffit ??
Merci beaucoup

Écrit par : marigot | 10/08/2013

Répondre à ce commentaire

Toutes les expériences sont possibles ;-)
Il est possible également de rajouter des résines naturelles comme du damar.
Dans ce cas, faites des essais sur une petite partie.

Ceci étant, le problème avec la glycéro est qu'elle est souvent filmogène et donc absolument pas poreuse. Le fait d'ajouter de l'huile ne résoudra pas le problème. De plus, si la peinture est trop grasse, il pourrait, peut-être y avoir du faïençage (micro-fissure) comme c'est le cas pour un enduit.

Bref, mettre du maigre (peinture à l'ocre) sur du gras... pas simple.

Écrit par : Thierry Baruch | 17/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir, peut-être pourrez-vous me venir en aide pour le problème que je rencontre avec la peinture suédoise.
En respectant scrupuleusement la recette donnée sur"le comptoir St-Jacques", mon mari à repeint notre portail il y a 2 semaines.
Dés les premiers jours, nous nous sommes aperçus, qu'elle "marquait" énormément, traces de doigts, micro-chocs des cles, etc.
Le problème perdure et s'accentu à notre grand désarroi!
Nous avions dans l'optique de poursuivre en faisant les volets, porte d'entrée...
J'aimerai savoir si d'autre on rencontré ce même problème ou bien si nous avons pêché quelque part?
Cordialement, Séverine G.

Écrit par : séverine | 20/08/2013

Répondre à ce commentaire

Vraiment désolé pour vous.

Il y a de fortes chance que votre support ne convienne pas pour la peinture à l'ocre. Je pense principalement à un revêtement de type peinture glycero.
Si c'est le cas, la peinture ne tiendra pas.

Le support doit absolument être poreux, ce qui n'est pas le cas pour la plupart des peinture glycero qui sont filmogènes.

Écrit par : Thierry Baruch | 20/08/2013

Répondre à ce commentaire

Merci de votre réponse
Néanmoins il n'y avait pas de glycero dessus.Les traces sont des traces de doigts et des marques ou trainées blanches dès qu'on veux les essuyer.
dommage

Écrit par : séverine | 21/08/2013

Bonjour,

trainée blanche ? bizar ? vous avez des photos pour qu'on cerne bien le problème de visu ?

Écrit par : roddy | 21/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je souhaite peindre des volets avec une peinture "éconologique" bleu. Est-il possible de faire une peinture à la farine (type peinture à l'ocre) avec un pigment "bleu outremer" avec ou sans sulfate de fer (j'ai lu sur d'autre forum d'éventuels soucis de compatibilité)? Sinon faire une simple peinture à l'huile de lin?

Merci d'avance

Écrit par : Marcus | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai essayé une peinture à l'ocre sur des échantillons : bleu outremer,ocre grise et sulfate de fer le résultat est satisfaisant, mais cela reste un échantillon, je vous mets le lien avec la photo sur mon blog :

http://www.ambiancedeco.org/2013/07/t%C3%A9moignage-sur-la-peinture-%C3%A0-locre.html

Écrit par : pinoteau | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Pour le bleu outremer ou autres oxydes, j'ai lu qu'il faut remplacer une partie du pigment par de la poudre de marbre. Je pense que la craie ou blanc de Meudon soit aussi adapté. Ils ajoutent aussi un peu de blanc de titane pour mieux couvrir.
Le lien et la recette modifiée:
http://www.comptoirsaintjacques.fr/content/23-Peinture_au_ble_bleu_Outremer.

Écrit par : alecse | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Re,

Je vais faire mon essai de peinture au blé améliorée aujourd'hui. Je vais ajouter une partie du pigment par du blanc de Meudon, ajouter un peu de bentonite, mettre plus d'huile de lin car la quantité me semble faible par rapport aux autres peintures à l'huile, remplacer une partie de l'huile par de l huile de lin cuite (la moitié), et enfin ajouter de la résine de dammar et un peu de colophane.
Pour l'émulsifiant, comme j'ai lu en début des posts de Caséo que la farine est un émulsifiant faible, j'en ai trouvé d'autres mais pas à la vente au détail. Je me suis inspiré de la composition des peintures Auro dans lesquelles ils mettent de la lecithine. Donc pour aujourd'hui, ce sera farine de blé, et si je n'arrive pas à émulsionner la quantité d'huile suplémentaire, j'ajouterai de l'oeuf. L'oeuf a l'air intéressant en remplacement de la farine. Un futur essai donc.
A bientôt.

Écrit par : alecse | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Il ne s'agit pas de "remplacer" mais d'opacifier la peinture. Par exemple si vous mélangez un pigment avec une colle à la gomme arabique vous obtenez une aquarelle. Si à cette préparation vous ajoutez un carbonate de calcium (craie, blanc de Meudon, poudre de marbre etc ...) vous obtenez une gouache opaque.
Le blanc de titane est un pigment blanc ! Il sert par exemple a obtenir du rose avec du rouge ou un bleu plus clair avec l'outremer.

Écrit par : caseo | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour les infos et le lien, mais c'est justement sur ce site que j'avais trouvé les infos sur un éventuel pb avec le sulfate de fer: "pour éviter toute interaction dangereuse avec le sulfate de fer, nous destinerons la peinture uniquement pour une application intérieure" qu'ils disent!
Alors que faire pour une peinture extérieur bleu?

Écrit par : Marcus | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Oui, et aussi parce que les oxydes ont un pouvoir colorant plus important que les ocres, et vu qu'ils constituent la charge dans cette peinture, et qu'il faut moins d'oxydes, il faut compenser le manque de charge par la poudre de marbre ou blanc de Meudon. Je sais que le blanc de titane est un pigment blanc. Je parle de la recette en lien. Perso je n'en mettrai pas dans ma peinture. Par contre, je vais mettre systématiquement du blanc de Meudon, qui permettrait (merci de me confirmer) de conserver le film "d'huile" plus longtemps.

Écrit par : alecse | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Le blanc de meudon ou mieux un peu de bentonite vont retarder l'acidification du film d'huile. C'est effectivement une chose à faire.

Écrit par : caseo | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Marcus, je n'en sais pas plus. Dans ce document (qui n'est pas forçément juste) http://www.ibiblio.org/london/rural-skills/homemade/homemade-paint , ils indiquent en b7, que pour les couleurs bleues, vertes, jaunes et couleurs très claires remplacer le sulfate de fer par du sulfate de zinc. Par contre, sulfate de zinc plus toxique que le sulfate de fer. Je ne sais pas si ces 2 produits sont strictement nécessaires.

Écrit par : alecse | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

La remarque est bonne pour les outremer de mauvaise qualité qui sont très sensibles aux acides. En prenant un pigment enrobé (silice généralement) cette sensibilité disparaît (éviter les produits bas de gamme et préférez les outremers de chez Holliday pigments fabriqués en France et les références 02,32, 52, 54 de mémoire qui sont justement enrobés). Par contre attention les outremers sont difficiles à disperser dans l'huile et à fortiori dans une émulsion (on utilise généralement une cire, une silice pyrogénée ou un silicate de calcium ou d'aluminium pour remédier au problème). Commencez par mélanger à part l'outremer et une charge (carbonate de calcium) pour former une pâtre homogène avant l'incorporation à la peinture.

Écrit par : caseo | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Caseo. Comment savoir si le pigment est enrobé? Quid de outremer "ocres de France", "Okrha" et autres?
Quand tu dis qu'on utilise "une cire, une silice pyrogénée ou un silicate de calcium ou d'aluminium", c'est un plus de la recette ou à la place d'un des ingrédient, et en quelle quantité?
Dans ce cas dois utiliser la recette de peinture à la farine ou peinture à l'huile de lin?

Écrit par : Marcus | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Pour savoir d'où vient l'outremer le plus simple est ... d'interroger le fournisseur !
Vous devriez pouvoir vous passer d'épaississant pout une peinture en émulsion type peinture à l'ocre en réalisant une pâte préalable et en ajoutant un peu de cire (2 à 5% par rapport à l'huile) dans la peinture à l'huile de lin.

Écrit par : caseo | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour ces infos. En fait j'ai déjà un sachet d'outremer, je vais le tester. Quel sera le symptômes s'il s'avère être "sensible aux acides"?

Écrit par : Marcus | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Ca me conforte dans mon choix d'ajouter 3% de cire (blanche) saponifiée par rapport à l'huile.

Écrit par : alecse | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Décoloration et blanchissement.

Écrit par : caseo | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

je viens de recevoir le dernier livre de Terres et couleurs : recettes d'aujourd'hui .
Plus qu'à tester ...

Écrit par : marigot | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Cette décoloration et ce blanchissement risque, je suppose, d'apparaître avec le temps et les UV, donc difficile de voir rapidement si ça marche en faisant un essai?

Écrit par : Marcus | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Absolument ...

Écrit par : caseo | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'ai 130m² de bardage en pin qui a été vernis voilà une quinzaine d'années. J'ai cuit la peinture avec des pigments noir d'Espagne + blanc de titane. Avec le sulfate de fer, j'ai une tendance verdâtre qui ressort ce qui donne à l'application une couleur "mastic". J'ai refait cuire de la peinture avec du noir d'Espagne + bleu cobalt en y apportant un pigment rouge que j'ai mixé à la 1e teinte. 1er test sur un pan vierge: extra, c'est la bonne couleur, par contre, elle n'accroche pas du tout sur le 1er pan que j'ai fait et dont le résultat était "mastic". J'ai donc poncé, pensant que l'accroche serait meilleure mais non, ma 2e passe frise et de plus belle.
Après réflexion, je prépare mes pans vierges et appliquerai le bon ton dès la 1e passe et ferai la 2e dans la journée mais que me conseillez-vous pour récupérer le pan avec cette 1e passe "mastic"? Re-poncer à blanc? Passer au karcher et après séchage faire les 2 passes avec le bon ton? Je suis un peu larguée là....
de plus et mise à part, j'ai fait quelques tests préalables en toute petite quantité pour avoir un litre de peinture, je n'ai rencontré aucun souci avec du sulfate liquide; la même réaction qu'avec du sulfate en cristaux.
Mais ce sulfate... modifie-t-il la couleur désirée?
Au plaisir d'avoir réponse.
**Nath**

Écrit par : SAUVAGE | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

j'ai eu ce problème de "perlage" pour une 2e couche passée le lendemain, maintenant je la passe quelques heures après la 1re.
Je me suis aussi aperçue qu'en la réchauffant légèrement elle ne perlait pas, de même sur les côtés orientés sud et ouest, c'est donc une histoire de température, l'huile de lin doit être moins pénétrante sur un bois froid.
Donc sur votre côté raté, ponçez un minimum et appliquez votre peinture réchauffée et dites-moi si cela a marché, c'est toujours intéressant de profiter de l'expérience des autres !

Écrit par : pinoteau | 27/08/2013

Je reviens avec mon sujet de peinture à l'huile de lin bleu:
Est-ce que vais avoir les mêmes problèmatiques de sensibilité aux acides, si j'utilise de l'oxyde bleu ou du bleu de prusse (ferrocyanure ferrique)?
Quel est le pb du sulfate de fer avec le bleu outremer, existe-t-il aussi avec les autres bleu cités ci-dessus?
A quoi sert exactement le sulfate de fer dans la peinture à la farine?
Merci d'avance pour vos réponses.

Écrit par : Marcus | 25/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Personne pour répondre à ma question du 25/08?
Merci de vos suggestions...
**Nath**

Écrit par : SAUVAGE | 27/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Pinoteau,
En attendant une réponse, j'ai fait un pan coté sud et pas seulement fini que j'ai refait une 2e passe : résultat impeccable!
Du coup, j'ai passé le nettoyeur haute pression sur mon 1er pan qui effectivement est exposé N.O, j'ai aussi redonné un bouillon à la peinture. J'attends que le bois soit bien sec pour refaire ce pan.
Merci de votre réponse. Terre de couleur m'a aussi dit que ça pouvait venir du blanc de titane qui était majoritaire dans la composition et au vu du résultat, j'ai forcé sur la terre noire.
Au plaisir.
**Nath**

Écrit par : SAUVAGE | 30/08/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour

J'ai utilisé la recette ci-dessous pour peindre de vielles fenêtres et portes en chêne.
Pour 5 kg:
- 3.2 L d'eau
- 260g de farine de blé
- 1 kg d'ocre (sienne brulée)
- 100g de sulfate de fer (acheté en jardinerie)
- 0.4 L d'huile de lin
- 4 cl de savon liquide


Les bois ont été préalablement mise à nues par ponçage. Ensuite, le bois ayant été en souffrance, j'ai passé une couche d'huile de lin avant de passer la peinture suédoise. J'ai attendu plusieurs jours entre l'application de l'huile et de la peinture, afin que l'huile soit bien absorbée par le bois. J'ai ensuite appliqué la peinture en 2 couches à 24h d'intervalle. J'ai 2 problèmes:
- par endroit, la peinture s'écaille. Je ne suis pas certain que c'est en rapport avec l'huile, car elle peut très bien tenir là ou l'huile a été la moins bue par le bois et vice-versa
- lorsqu'il pleut et que la peinture est mouillée, elle ramollie et laisse une trace sur le doigat au toucher. Est-ce normal?

Écrit par : Soib | 15/09/2013

Répondre à ce commentaire

oui, c'est évident, car l'huile étant par définition hydrofuge, un système à l'eau ne peut adhérer, je conseille une peinture à l'huile naturelle donc respirante après ponçage...

Écrit par : pinoteau | 15/09/2013

Houla, la, la. En effet, vous allez rencontrer des problèmes.
1) Vous avez mis du maigre (peinture ayant comme diluant principale : l'eau) sur gras(huile de lin).
2) Maigre sur gras : pas de cohérence possible (il n'y a que les 40 cl d'huile pour assurer la cohérence entre les 2 couches...)

Si vous avez commencé avec du gras, vous ne pouvez continuer qu'avec du gras. la peinture à l'ocre a peut de chance de tenir et devrait s'écailler ou partir avec le temps.

Désolé, mais je ne vois qu'une seule solution. Enlever la peinture à l'ocre puis :
a) peindre avec une peinture à l'huile
b) passer une huile dure résistant aux UV.
c) Autre corps gras filmogène et perspirant à étaler.

Écrit par : Thierry Baruch | 15/09/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour vos réponses éclairantes

Cependant, les bois étaient suffisament abimés pour boire totalement l'huile, sans qu'aucun film d'huile ne se forme. Sans film déposé en surface
1) la peinture à l'ocre n'est pas confrontée à une pellicule huileuse qui empêcherait l'adhésion.
2) la siccation de l'huile n'a t-elle pas été rapide et complète, permettant alors de déposer une couche à séchage rapide par-dessus?

Merci d'avance pour vos éclairements

Écrit par : Soib | 16/09/2013

Répondre à ce commentaire

Il n'y a peut-être pas assez d'huile pour former un film mais suffisamment pour limiter de manière conséquente la pénétration de la peinture à l'ocre. Surtout que du "maigre" (la peinture à l'huile est peu grasse) aura du mal à tenir sur du "gras".
A priori, je maintiens donc ce que j'ai dit plus haut.
D'autres avis ?

Écrit par : Thierry Baruch | 16/09/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette recette, j'ai appliquée cette peinture sur mon poulailler l'année dernière et elle n'a pas bougé! Là, je viens d'en refaire quelques litres pour notre nouveau poulailler.

Je l'applique demain et mettrai des photos sur mon blog la semaine prochaine si vous voulez voir ce que cela donne: http://www.tangerinette.com/

Merci!

Écrit par : Charlotte | 21/09/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'envisage de peindre mes volets et colombages dans un ton clair (un peu plus beige clair que le fond d'écran de ce site). Je suis en phase d'essais et j'ai plusieurs questions dont je n'ai pas trouvé la réponse :
* la peinture ne risque-t-elle pas avec le temps de se délaver sur les murs enduits à la chaux avec la pluie et le soleil ?
* est-ce que les terres vertes peuvent ête utilisées à la place des ocres (absence d'oxyde)ainsi que le blanc de Meudon ? (je n'y connais rien en chimie). Sophie qu'avez-vous utilisé pour votre vert ?
* Sophie et Monsieur Pinoteau au bout de combien de temps votre essai gris ardoise a-t-il viré au "mastic" avec le sulfate de fer ?
Un très grand merci pour vos réponses ! Bonne journée

Écrit par : gilou | 29/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Gilou,

J'ai de très jolis volets verts. Et pour ce résultat ca a été épique !
Pour info : le gris ardoise vire presque instantanément au mastic car le sulfate de fer rouille en présence de l'eau. Dès qu'il sèche il devient donc beige jaune.
Pour nos volets, nous avons fait une préparation à base de sulfate de cuivre (qui est vert bleu au lieu de rouille pour le sulfate de fer) et de la terre verte de brentonico. A cela on a rajouter un peu d'ocre grise, un peu d'ocre jaune et du blanc de meudon en charge (la terre verte n'est pas trop couvrante).
Attention, quand on chauffe le sulfate de cuivre se met à gonfler et à déborder. Il faut donc un récipient au moins 5 fois plus grand que le produit.
Pour l'instant, nos volets sont tj verts et la peinture a bien accrochée hormis sur les parties paraffinée par les rabots.Il faut donc bien bien poncer avant.
Après une vingtaine d'essais, le résultat est magnifique ! Je peux chercher la recette pile poils si vous voulez.
Belle journée à tous
Sophie

Écrit par : Sophie | 29/10/2013

Merci Sophie pour votre réponse rapide.
J'ai fais un échantillon avec le sulfate de cuivre, en fait j'ai utilisé de la bouillie bordelaise : sulfate de cuivre et chaux que j'avais(il n'y a pas eu de gonflement je ne sais pas si c'est la presence de chaux) , ainsi que de la terre vert veronèse + terre calcinée mais le sulfate était trop dominant et j'ai un gris foncé tirant sur le vert. En chargeant plus avec le blanc de Meudon la peinture était trop épaisse...
Mais je n'en suis encore qu'à mes 1ers essais... je vois qu'il faut persister. J'ai également une autre question et problème : mon colombage comporte de très grosses fentes environ 20 mm x 60mm ou plus que je voudrais reboucher avant de peindre. Quel produit ou préparation utiliser pour que la peinture adhère ? je n'ai rien trouvé sur le web.
Merci pour toutes les infos et expériences que vous donnez
Bonne soirée

Écrit par : gilou | 29/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Sophie,
Pourriez-vous poster la recette précise de votre vert ? Et le définir (même si c'est dur) : plutôt Véronèse, Provence, olive ? L'essai que je viens de faire est très foncé (genre purée d'épinard), mais il n'a pas fini de refroidir et je n'ai aucune idée de ce qu'il donnera une fois sec !
Merci à tous pour vos contributions passionnantes,
Anne

Écrit par : Anne | 16/12/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Avec un peu de retard enfin une réponse à vos questions.
Le vert est un vert 'Olive'. Très joli et avec des nuances en fct du temps.
Pour 100g de pigment:
70g de blanc de meudon (charge)
25g pigment vert de brentonico
4g ocre jaune
1g ocre grise
Je pense que pour éviter l'épinard, il ne faut pas utiliser de sulfate de fer.
Belle fin de journée

Écrit par : sophie | 29/12/2013

Bonjour !
sur le point de commander un pigment
equivalent au rouge de falun (pour une
peinture sur bois ds le style suedois) je me demande ce que je dois choisir.
J hesite entre
un oxyde "rouge 83", un ocre rouge ou de la
sienne brulée. Les nuanciers donnent des resultats assez differents et je voudrais
vraiment obtenir qqchose d assez rouge (et
non pas marron tirant sur le rouge).
Un conseil ?

Écrit par : Chris | 27/02/2014

Répondre à ce commentaire

Je vous conseille le rouge 140 des ocres de France 3/4 mélangé à 1/4 d'ocre jaune
pour plus de luminosité.
Je l'ai fait pour une cabane, voici le lien avec photos : http://www.ambiancedeco.org/2012/09/peinture-%C3%A0-locre-pour-d%C3%A9corer-et-prot%C3%A9ger-vos-cabanes-de-jardin.html

Écrit par : Ambiance Déco | 27/02/2014

Répondre à ce commentaire

Ce commentaire pour vous faire part de mon expérience. Souhaitant obtenir une teinte très claire (blanc/gris) laissant apparaître le veinage du bois, j'ai quelque peu modifier la recette de la peinture à l'ocre (celle diffusée par l'association Terres et couleurs). J'ai simplement remplacé l'huile de lin par de l'huile de ricin (elle ne jaunît pas et forme un film plus résistant) et le sulfate de fer par du sel de bore ( même proportions). En réalisant cette recette, j'ai remarqué que l'émulation était bien meilleur (sans dure grâce au pH basique du sel de bore) la texture de la peinture étant plus onctueuse. J'ai appliqué cette peinture sur des lattes de parquets exposés aux intempéries depuis plusieurs mois a l'horizontal. Très bonne tenue pour le moment...

Écrit par : Seb | 04/03/2014

Répondre à ce commentaire

Ce que vous avez fait en fait c'est une saponification à froid de l'huile de ricin !!! J'espère que vous avez utilisé une huile de ricin déshydratée car l'huile de ricin crue ne siccative pas même si elle forme un film de piètre qualité une fois rancie. L'huile de ricin déshydratée est par contre excellente (mais pas considérée comme une huile naturelle car il y a utilisation de catalyseurs chimiques pour activer la déshydratation).

Écrit par : caseo | 04/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup pour la "recette".

Écrit par : newsoftpclab | 06/03/2014

Répondre à ce commentaire

Je ne savais pas que l'on pouvait trouver 2 types d'huile de ricin (désydratée ou pas). Pouvez vous me donner quelques détails supplémentaires? Effectivement en realisant la recette j'ai bien eu l'impression qu'il s'agissait d'une réaction de saponification. Sachant qu'il a eu quand même une cuisson, je ne sait pas si on peut la qualifier de saponification à "froid"... Voici l'huile que j'utilise : http://www.mon-droguiste.com/huile-de-ricin,fr,4,HUIRIC20702DSN.cfm#.UxmEn3y9KSM
Je l'achète en bidon de 5 litres à un prix comparable à celui d'une bonne huile de lin. Le site la présente comme un ingrédient dans une recette de vernis pour luthier, on peut donc penser qu'elle est siccative, non ? Je l'ai d'ailleurs déjà utilisée sans aucun problème dans une recette d'huile dure en la mélangeant avec de l'huile de lin et de l'essence de therebenthine + quelques gouttes de siccatif.

Écrit par : Seb | 07/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Seb pour ce commentaire,

Je n'ai pas réussi à trouver une recette d'huile dure à faire soi-même.
Pourrais-tu me donner celle que tu as trouvée et me donner le temps de séchage ?

Merci d'avance,

Thierry

Écrit par : Thierry Baruch | 07/03/2014

Répondre à ce commentaire

L'huile de ricin déshydratée est obtenue par cuisson sous vide poussé à 200-250° en présence d'un catalyseur (sel de nickel par exemple). L'huile devient alors semi-siccative et légèrement polymérisée. Sa viscosité est aussi augmentée de manière significative et oblige donc à un mélange avec une huile plus fluide.
Dans un vernis l'huile de ricin sert de plastifiant uniquement et justement parce que elle n'est ni siccative, ni jaunissante !
Petit problème sur votre lien ... il n'y a pas de culture de ricin en France ! Celle-ci est essentiellement concentrée en Inde, Chine et Brésil.

Écrit par : caseo | 07/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci beaucoup caseo pour vos commentaires très instructifs.
Dois-je comprendre en vous lisant que je fais fausse route ?

Comme vous l'avez sans doute compris, mon objectif est d'obtenir une peinture à l'ocre dans les tons clairs sans ce problème de "rouille" lié à la présence du sulfate de fer. Le but étant de peindre entièrement ma future maison en madrier... C'est très ambitieux, je le reconnaît et la principale motivation n'est pas d'ordre financière... J'éprouve simplement un très grand plaisir à « contourner » l'industrie pétro-militaro-chimique qui nous vend de la m... à prix d'or.

Ainsi, dans la « classique » recette de la peinture à l'ocre, j'ai remplacé le sulfate de fer par du sel de bore et l'huile de lin par de l'huile de ricin (moins "jaune" car moins d'acides gras polyinsaturés).
Après la lecture de votre commentaire, j'ai effectuer quelques recherches et effectivement l'huile de ricin n'est pas une huile siccative...:((
Peut-être devrais-je utiliser simplement de l'huile de lin ? Le jaunissement provoqué par celle-ci sera peut-être imperceptible ?
Ou de l'huile de soja ? Plus pâle et semi-siccative ?
Sinon que pensez-vous de l'utilisation du sel de bore ? Il y a saponification donc transformation de tout ou partie de l'huile en un mélange de glycérol et de carboxylates... autrement dit du savon...
qui n'a pas vraiment, à mon sens, sa place dans ma peinture …
On pourrait peut-être utiliser une très faible quantité (à définir …) de sel de bore de sorte qu'une faible proportion d'huile se saponifie donnant du savon qui stabilise en plus l'émulsion. Qu'en pensez-vous ? Dans ce cas l'action antifongique du sel de bore sera-t-elle toujours présente ?
On pourrait peut-être (là je joue à l'apprenti chimiste …) neutraliser le sel de bore avec un acide avant de l'incorporer à la peinture ? Ou encore l'incorporer à la fin de la cuisson pour que la réaction de saponification ne se fasse pas complètement ?
Ou sinon remplacer le sulfate de fer par autre chose que le sel de bore ? Mais par quoi ?
Autre chose : Dans un autre commentaire, vous parlez de la farine de seigle qui serait un bien meilleur émulsifiant que la farine de blé. Existe-t-il d'autres émulsifiants naturels encore plus performants ? Si oui lesquelles ?
Les pigments semblent aussi influencer la qualité de la peinture à l'ocre.
Pour ma part, j'utilise un mélange de dioxyde de titane et d'ocre grise (http://www.ocres-de-france.com/gris-etain-r-21.html). Le dioxyde de titane est à priori un composé très stable avec des propriétés anti UV excellentes. Un tel pigment devrait participer à améliorer la longévité de la peinture. Qu'en pensez-vous ?

Écrit par : Seb | 07/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour, pour rechercher une teinte grise j'ai essayé de l'ocre grise pure puis divers mélange avec du noir de vigne qui donne un noir profond de l'huile de lin du savon noir,
le sulfate de fer ne semble pas modifier la couleur. Pour éclaircir j'ai utilisé du carbonate de chaux.

Donc tous ces essais sur des planches d'épicéa brutes de sciage exposé à la pluie,soleil la peinture tient très bien.Celle contenant un gros pourcentage de carbonate de chaux pratiquement 50% est plus sensible au délavage.

J'ai utilisé de la farine bio de blé.

Écrit par : jpg | 08/03/2014

Répondre à ce commentaire

Pour Thierry,
Ma recette d'huile dure : 1part d'huile de lin, une part d'huile de ricin, 2 parts d'essence de therebenthine + du siccatif. On peut ajouter des pigments préalablement délayés dans un peu d'huile ( dioxyde de titane par exemple). Temps de séchage variable, ça dépend de la quantité de siccatif.

Écrit par : Seb | 09/03/2014

Répondre à ce commentaire

Merci JPG...
Je pense par contre que le carbonate de chaux (la craie...) fragilise la peinture, d'ailleurs, c'est plus une charge qu'un pigment. Pour une teinte claire, mettre de préférence de du dioxyde de zinc, ou du dioxyde de titane.

Écrit par : Seb | 09/03/2014

Répondre à ce commentaire

JPG : une huile dure est composée d'une huile ou d'un mélange d'huiles, d'un diluant ou d'un solvant ET d'une résine. C'est la présence de cette résine (colophane, dammar etc) qui va durcir le film
SEB : le carbonate de calcium (et non le carbonate de chaux) est indispensable dans une peinture à l'huile pour neutraliser l'acidité du film d'huile lors de son vieillissement

Écrit par : caseo | 09/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'ai peint 2 paires de volets avec cette peinture à l'ocre. Le bel ocre jaune est devenu fonçé et moche à cause du sulfate de fer, je suppose. Est ce que l'on peut s'en passer ou pas pour l'extérieur?
Par contre, dans une peinture (laque) pour bois de marque écologique connue, il y a du "borate" dans la formulation. Est ce que c'est équivalent au sel de bore?

Écrit par : Alecse | 09/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour, le dioxide de titane serait ou est susceptible d'être dangereux pour la santé de plus comme le zinc il est en voie de disparition par épuisement des réserves ou difficultés d’accessibilité

Sinon le sulfate de fer a une influence certaine de transformation des teintes claires je pense qu'on ne l'utilise pas dans celles ci, du moins je ne l'ai pas essayé. Son rôle est essentiellement de protéger le bois je crois de agressions fongiques ou des insectes.

Je ne cherche pas à obtenir de l'huile dure et le carbonate de chaux est le terme assez souvent utilisé pour le carbonate de calcium. Bien sur il est commercialisé sous le nom de carbonate de calcium.
JPG
x d., ra

Écrit par : jpg | 10/03/2014

Répondre à ce commentaire

Voici ce que j'ai trouvé comme descriptif sur un site qui vend du sulfate de fer :
"le sulfate de fer est utilisé dans la peinture à l'ocre comme agent de conservation et comme mordant. il permet de dilater les pores du bois afin de faire pénétrer l'huile de lin contenue dans la peinture à l'ocre. Il permet aussi lors de la cuisson de la peinture de réagir avec l'huile de lin afin de la saponifier pour que celle-ci puisse se diluer à l'eau. La peinture à l'ocre pour le bois devient alors une peinture à l'huile qui se dilue et se nettoie à l'eau."
Le sulfate de fer permet la saponification de l'huile de lin ??!

Écrit par : Seb | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Voila un bel exemple d'incompétence pour rester poli ! Le sulfate de fer II est acide (Ph 3-4) il ne peut donc y avoir saponification !!!!!!

Écrit par : caseo | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Oula la, ne nous énervons pas à coup de papier PH ;-)
Ceci, il est en effet très étonnant qu'une boutique préconise un acide comme agent de saponification.
En effet, je fabrique mes propres savon depuis bientôt 2 ans et il est important d'avoir de la soude en perle plutôt que des paillettes. En effet, le pH est voisin de 13 avec les perles. Très très loin de... 4

Écrit par : Thierry Baruch | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Du sel d'alun à la place du sulfate de fer ?? Est ce que quelqu'un a déjà essayé ?

Écrit par : Seb | 11/03/2014

Répondre à ce commentaire

Quel intérêt ? L'alun ne possède pas les propriétés anti fongique du sulfate de fer sur le bois. Il apporterait aussi une acidité assez incompatible avec la cellulose. Le borax serait plus utile mais normalement celui-ci est devenu interdit à la vente aux particuliers compte tenu de sa toxicité. Dans tous les cas, l'un comme l'autre cristallisent et sont donc assez néfastes en peinture.

Écrit par : caseo | 12/03/2014

Répondre à ce commentaire

Le sulfate de fer cristallise, apporte de l'acidité et est antifongique. Le sulfate de cuivre cristallise, apporte de l'acidité et est antifongique. L'alun qui est un sulfate double d'aluminium et de potassium apporte également de l'acidité et est antibactérien et antifongique (déodorant...). D'où mon questionnement.

Écrit par : Seb | 12/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
pour avoir réalisé un gris-bleuté l'année dernière et appliqué sur du bardage extérieur, je me rends compte à la fin de l'hiver que les façades exposées Nord sont comme "piquées". Quel serait le remède idéal? refaire une cuisson, poncer?
Merci de vos réponses.
Nathalie S

Écrit par : SAUVAGE | 19/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
pour avoir réalisé un gris-bleuté l'année dernière et appliqué sur du bardage extérieur, je me rends compte à la fin de l'hiver que les façades exposées Nord sont comme "piquées". Quel serait le remède idéal? refaire une cuisson, poncer?
Merci de vos réponses.
Nathalie S

Écrit par : SAUVAGE | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Quelle est la composition de votre gris-bleuté ?
La peinture comprend donc des oxydes (bleu) ?
Réaction avec le sulfate de fer ?

Désolé mais mes compétences en chimie ne vont pas aussi loin (pour l'instant du moins ;-).
Quelqu'un aurait une idée ? Caséo ?

Écrit par : Thierry Baruch | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Après un échec de teinte (gris tournant à la couleur verdâtre - gris mastic) j'ai composé sur les conseils de vendeurs de pigments cette recette:
1.5 kg blanc de titane
+1.3 kg noir terre d'Espagne
+120g cobalt effervescent.
J'ai suivi dans les bonnes proportions la recette du C.A.U.E et pour avoir réalisé plusieurs chantiers avec des ocres où je n'ai rencontré aucun problème voilà qu'avec ce gris-bleuté, je suis confronté à ce souci qui terni le gris.
Moi non plus, je ne suis pas experte en chimie mais aimerais comprendre ce phénomène.
Merci de votre intérêt.
Nath.Sauvage

Écrit par : SAUVAGE | 21/03/2014

Répondre à ce commentaire

bonjour
savez vous comment on peux enlever le rouge de falun, de volets anciens pour les repeindre avec de l ocre gris?
le rouge est poudreux , tache et est difficile a enlever il tache tout! merci pour tous vos conseils!

Écrit par : laurence | 13/04/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Je suis un peu perdue : je veux faire de la peinture à la farine avec de l'ocre gris, de l'huile e lin et du sulfate de fer.
Mais pour finir, quelle huile de lin utiliser : 1ère pression à froid ? Crue (vierge) ? ou Cuite.... ????
Or cela semble très important !
Préférer l'huile de noix ?
Et où la trouver ? Éventuellement sur quel site ?
Merci!!!

Écrit par : Merode | 29/05/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour, j'ai utilisé avec de l'ocre grise de la farine de blé bio de l'huile de lin vendue en droguerie et grande surface en tant qu'huile de lin savon noir et sulfate de fer selon les doses et recettes préconisées pour la peinture à l'ocre rouge ou jaune.

Je n'ai aucun problème après avoir appliqué celle ci sur du sapin brut de sciage.
On peut utiliser je pense de l'huile de lin bio ou de noix qui sera de première pression à froid, cela reviendra plus cher certainement, ces peintures à l'ocre ont l’intérêt d'obtenir un résultat intéressant pour un prix modique donc est ce logique de rechercher des ingrédients plus onéreux que l'huile de lin classique?

JPG

Écrit par : jpg | 29/05/2014

Répondre à ce commentaire

J'ai testé mais j'ai échoué. Pourtant j'ai suivi le tuto, enfin presque je n'ai pas les matériels pour doser les ingrédients. Je vais devoir acheter un pot de peinture ocre chez tollens car je ne pense pas que je vais y arriver si je peux pas peser les ingrédients.

Écrit par : pnoé | 17/07/2014

Répondre à ce commentaire

Complètement d'accord avec le commentaire
précédent, c'est tellement plus beau que les peintures chimiques qui font un film plastique alors qu'avec la peinture à l'ocre, on a l'impression que les terres sont"écrasées" sur le bois et le côté mat fait disparaitre tous les défauts du bois.
Achetez d'urgence une balance !!!
J'ai l'expérience de 4 ans sur une cabane, rien n'a bougé, toujours beau...
http://www.ambiancedeco.org/2012/09/peinture-%C3%A0-locre-pour-d%C3%A9corer-et-prot%C3%A9ger-vos-cabanes-de-jardin.html

Écrit par : Pinoteau | 17/07/2014

Ou acheter une balance, c'est moins cher et ça peut vous servir pour autre chose....

Écrit par : Seb | 17/07/2014

Répondre à ce commentaire

Complètement d'accord avec le commentaire
précédent, c'est tellement plus beau que les peintures chimiques qui font un film plastique alors qu'avec la peinture à l'ocre, on a l'impression que les terres sont"écrasées" sur le bois et le côté mat fait disparaitre tous les défauts du bois.
Achetez d'urgence une balance !!!
J'ai l'expérience de 4 ans sur une cabane, rien n'a bougé, toujours beau...
http://www.ambiancedeco.org/2012/09/peinture-%C3%A0-locre-pour-d%C3%A9corer-et-prot%C3%A9ger-vos-cabanes-de-jardin.html

Bonjour,

La recette que vous avez utilisée est elle celle proposée dans les livrets "terre et couleurs" ?...Pouvez-vous nous indiquer comment vous l'avez préparée, mélange, cuisson, huile de lin utilisée (cuite?)...S'il est nécessaire d'utiliser de l'huile de lin cuite, où peut-on en trouver ?
C'est vrai qu'il y a énormément d'infos tout au long de ces pages et que l'on fini par être perdu.
Personnellement, je dois peindre des volets neufs en sapin du nord non traités( fabriqués par mon menuisier) et des portes et fenêtres en Mélèze préalablement traités par trempage. Pour les volets, je viens d'acheter un insecticide dit écolo (Biorox) qui se mélange à la peinture. Le connaissez vous ?
Merci de vos réponses

Écrit par : joelle | 24/08/2014

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

Tout à fait d'accord avec Joelle. Non, je ne connais pas le Biorox mais pour la partie fongicide de la peinture, le sulfate de fer me convient très bien sauf pour les couleurs claires comme le jaune.

Merci de nous tenir au courant si vous utilisez le Biorox pour une couleur claire.

@ bientôt,

Écrit par : Thierry Baruch | 24/08/2014

Répondre à ce commentaire

Le Biorox est un insecticide acaricide. Pour l'instant je compte l'utiliser dans une peinture à l'ocre rouge. Si je l'utilise avec une couleur claire, je vous en ferais part !

Écrit par : joelle | 24/08/2014

Bonjour,
Cas concret et noeuds au cerveau :

Il y a 2 ans j'ai fini ma maison en bois en posant un bardage bois, composé de planches de chataignier, brut de sciage, posés verticalement .

J'ai recouvert de deux couches d'un mélange tiéde : huile de lin / térébentine.

Etanchéité parfaite !!!

Problème, le pignon plein Nord ( qui ne voit pas le soleil ) et qui de plus est le seul à ne pas comporter de débord de toit.
Après deux hivers, il apparait une chose bien connu : des champignons. ( le bois devient noir )
J'aurai du mettre avec mon mélange un fongicide ...

A savoir, le chataignier étant un bois acide, il faut éviter avec lui le contact des pointes et vis en fer, ou gouttière en zinc, et donc je suppose aussi le sulfate de fer ?

Avec quoi repeindre mon bardage, qui bien que noir, conserve toujours sa pellicule, relativement étanche de mon mélange .

Dois je me contenter d'un mélange huile + ocre ?

Ou je rajoute un fongicide, mais quoi .

Merci d'avance, car beaucoup de gens ayant du bardage chataignier, se creusent le cerveau sur ce problème, pas vraiment résolu, si cela n'est de laisser le bois brut !

Écrit par : Basyl | 24/09/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour ,
J'ai fabriqué de la peinture à l'ocre avec tous les ingrédients et j'ai suivi la recette à la minute près , La première couche dilué, sur bardage brut lavé au nettoyeur HP et séché par très beau temps + de huit jours, cette première couche s'est très bien comportée mais la deuxième présente des décollements de-ci de-la...
De quoi peu provenir ce problème ?

Écrit par : ERICK | 25/09/2014

Répondre à ce commentaire

Cela arrive que la 2e adhère moins, c'est souvent une question de température du bois, en général si je ne la fais pas dans la même journée, je la réchauffe un peu.
L'huile de lin un peu liquéfiée entre mieux dans le bois .

Écrit par : Pinoteau | 25/09/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour
jai suivi la recette terre et couleurs pour peindre mes volets neufs en sapin, à locre rouge. 1 couche diluée, l'autre non. 1eres pluies : des traces de gouttes restent sur tous mes volets. Quelqu'un aurait une explication ?

Écrit par : lambert | 03/11/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour !
J ai passé sur un petit chalet en chene (bois brut), 3 couches de peinture à l ocre
(ocre rouge + rouge de porto) mais les jours
de grand soleil la peinture change de couleur sauf la partie à l ombre du toit. Une explication ?

Écrit par : Chris | 04/11/2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour, la particularité de l'ocre rouge ou des terres colorantes en général est d'être constituée de cristaux qui renvoient la lumière différemment selon l'exposition à celle ci.

jpg

Écrit par : jpg | 04/11/2014

Répondre à ce commentaire

au debut j ai cru que la couleur avait passé
mais des que la chaleur/lumiere sont partis
la couleur redevient comme à l origine. J avais plus une impression de reaction chimique qu un effet de lumiere.

Écrit par : chris | 04/11/2014

Répondre à ce commentaire

Il s'agit bien de la réfraction de la lumière sur les particules d'ocre. J'ai une cabane de jardin grise noire et rouge et selon l'ensoleillement et la lumière l'heure du jour l'aspect évolue c'est aussi valable pour les végétaux, les minéraux, les animaux cheveux peau etc.

Écrit par : jpg | 04/11/2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.